Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 09:14
initiation, PENSEE & CABALE

Beaucoup de spiritualistes suivent ce que l’on appelle, parfois un peu pompeusement, une voie initiatique. Cette voie est souvent exaltés par des écrivains à succès misant sur la facilité et le rêve. Ce genre de littérature est la plus anti initiatique qui soit ! En effet, dans le cas particulier de l’initiation, les histoires prétant à réflexion avec, par exemple, un alchimiste cheminant bien loin pour trouver ce qu’il avait depuis toujours à sa portée n’avance à rien si ce n’est à tromper les mieux intentionn2s ou à mettre un peu de raison dans les cervelles frustes ou un peu évaporées.

Mais la voie initiatique réelle, la voie alchimique donc, n’est même pas abordée. Ce qui signifie qu’il y à tromperie par ignorance ou superficialité. Mes mots sont durs mais je n’ai pas le choix pour que les choses soient claires, au lecteur donc « d’arrondir » les angles à sa convenance…

Quelle que soit notre voie initiatique, un dénominateur commun existe dans l’humanité entière. L’initiation réelle, profonde, irréversible d’une femme ou d’un homme se doit impérativement de passer par la MAITRISE DE SA PENSEE, par son déconditionnement, car c’est par son biais que différentes habitudes se sont progressivement installées. En ce lieu les mots jouent un rôle essentiel qu’il convient de connaître.

Il va de soi (et vous en aurez clairement conscience) que vos raisonnements, vos jugements, ne peuvent se tenir que dans le cadre des connaissances personnellement acquises. Mais LE CARACTÈRE DÉPENDANT, CONDITIONNÉ DES MOTS, VOUS APPARAÎTRA NETTEMENT.

Un petit exemple visant à démontrer le caractère conditionné/conditionnant des mots les plus simples : les chrétiens pensent à la divinité comme au « Père ». Beaucoup d’Indiens disent : « la Mère ». Si curieux que cela puisse paraître, toute une conception différente du monde et de ses valeurs découlent de ces mots « sexués ». La même conséquence se retrouve à propos de la féminisation du saint-Esprit représenté par UNE colombe. Cette colombe prenaient forme dans les pyxides ou vase contenant la réserve d’osties (c’est lancêtre du ciboire) quand elle était suspendue a la voute de l’église, par une chaine, afin d’être hors d’atteinte des rongeurs. Ces vases colombiforme contenaient Dieu présent dans les osties, ce qui revient à féminiser autant Dieu que le saint-Esprit !

Il y a ici conflit entre l’iconographie et la sémantique, d’où des interprétations qui ne mènent nulle part si l’on ne sait pas accorder une valeur absolue aux concepts de l’ordre du transcendant. Cela fut à l’origine, au moyen âge, de la fameuse querelle dite « querelle bysantine » sur le sexe des anges. Ce conflit, qui dure encore chez les actuels catholiques intégristes, devrait nous rappeler combien les valeurs absolues ne sauraient être confondues avec celles de la relativité qui caractérisent notre monde.

La relativité et l’inconstance de notre univers n’a pas échappée aux alchimistes. D’où leur pratique de jeux de mots essentiellement basés sur la phonétique (qu’ils apellent « cabale » ou « cheval de somme » qui porte « la somme » des connaissances.) qui permet de « sauter » d’un univers mental à un autre par le seul usage des mots. La terminologie bouleversée, déconditionne notre pensée et bouleverse notre univers psychique, qui est le principal obstacle à notre éveil.

Par exemple le terme « saut » pourra se lire « sot », « seau », ou encore, « sceau ». Ajoutons à cela les approximations comme : « saur » (qui sous entend le poisson hareng), « sort » (bon ou mauvais), « sauf » (qui met en place des exclusives)… avec ces quelques expressions et termes nous avons une idée de la manière dont les alchimistes procèdent pour s’ouvrir à une autre univers mental et pour crypter leur manière de procéder. Prenons un exemple de ces « acrobaties » mentales permettent de « sauter » d’un univers à un autre. Voici un extrait de texte provenant du traité de Naxagoras (rapporté par Fulcanelli), intitulé Alchymia denudata (1715) :

« Il y aura bientôt deux ans qu’un homme de ces mines (1) eut, d’une tierce personne (2), un petit extrait d’un manuscrit in-quarto (3), épais d’un pouce, et qui venait d’ailleurs de deux autres voyageurs (4) italiens (5) qui s’y nommaient ainsy. »

Ce texte se traduit cabalistiquement de la manière suivante[1] :

« Il y aura bientôt deux ans qu’un ouvrier, habile dans l’art métallique (1), obtient, par un troisième agent (2) (le feu secret), un extrait des quatre éléments (3), manuellement obtenu en assemblant deux mercures (4) de même origine, que leur excellence a fait qualifier de romains (5) (universel), et qui sont toujours nommés ainsi. »

Evidemment il faut certaines connaissances (qui s’acquièrent au fil du temps) et une longue pratique pour changer avec aisance d’univers, et quitter ainsi le notre formaté pour entrer dans un autre non structuré mais logique et ouvrant de nouveaux horizons. Tout cela transforme énormément notre terrain mental et le rend de plus en plus apte à maitriser le principal obtacle à notre éveil : notre pensée. Cette maitrise étant inséparable de l’éveil d’une puissante intuition et d’une dextérité capable d’inscrire une manipulation au laboratoire au bon moment dans une « plage » temporelle très brève mais capitale.

Sa pratique est donc une prise de conscience de la relativité de nos modes d’expression univoque et donc conditionné. L’alchimie nous plonge dans un monde plurivoque afin de découvrit la fragilité de nos concepts et ainsi saisir que seul l’absolu est source de stabilité.

Le formatage de notre monde sémantique met en évidence nos conditionnements très proche de la croyance qui bien souvent est aveugle. Un exemple : Un camion sur une route rencontre un carton vide. Il l’écrase et en même temps écrase un enfant qui était dedans. Tel est le résultat d’un conditionnement. Pour le chauffeur le carton était vide « par définition ». Il n’a jamais envisagé qu’il puisse dissimuler un enfant. Tout être un tant soit peu éveillé ne néglige pas cet aspect et évite le carton car il aurait pus dissimuler aussi bien, à la place d’un gamin, une grosse pierre qui aurait provoqué un accident et la mort du chauffeur et peut être d’avantage si la route est fréquentée. Dans la tête de tout un chacun il est faux de dire que tous les cartons qui trainent sur la chaussée sont vides = formatage = conditionnement de la pensée !

Actuellement nous trouvons le même comportement avec les automobilistes se laissant guider aveuglément par leur GPS et qui empruntent une « route » signalée par l’appareil mais qui n’existe pas (ou n’existe plus) pour plonger, bêtement, dans une mare aux canards !

Cet aspect non négligeable du comportemet est traite par la Sémantique générale du comte Alfred Korzybski (1879-1950). La sémantique Générale est comprise comme une discipline linguistique qui traite du sens des mots et de leur évolution. C’est la discipline universitaire qu’il ne faut pas confondre avec la sémantique générale de A. Korzybski qui permet de prendre conscience du rapport que nous entretenons avec le sens que NOUS ATTRIBUONS aux mots.

L’alchimie du verbe et de la liguistique est en réalité déconditionnement de notre pensée afin de nous faire accéder à l’éveil qui nous rend capable et digne de saisir toute le dimension de l’univers dans lequel nous vivons.Alors des devises inutile ment commentées et utilisés en aveugle par les milieux initiatiques apparaissent dans toute leur transcendance comme ces quatres mots qui terminent Le Mystère des Cathédrales de Fulcanelli : SAVOIR, POUVOIR, OSER, SE TAIRE.

En réalité c’est par ce quadrat qu’il faut comencer, comme l’affirme la langue verte ou inverse si bien traduite par le terme verlan.

Avec toute mon amitié.

[1] J’ai numéroté et mis en gras les mots correpondants. Le terme « romain » est analogue à universel par analogie à l’Eglise catholique romaine car le mot catholique signifie universel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens