Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:12
BROUILLON ROMANESQUE

Je n’ai pas le temps d’écrire un article car j’essaye de traduire ce que j’ai observé et compris, depuis des années, à travers la trame d’un roman. Comme je suis un néophyte en ce domaine il me faut du temps pour synthétiser toutes ses observations et opinions.

Je me suis dit que vous méritiez la primeur même si mon texte est en état de brouillon. Aussi je vous sers ici un nouveau passage en prenant bien soin de ne pas déflorer le mystère que j’essaye de faire le plus musclé possible sans pour cela tomber dans le délire. Voici donc ma prose :

Guy et Odile se précipitèrent pour la relever. Elle n'était pas blessée, seulement un peu sonnée. Ils la soulevèrent à eux deux en l'aidant à monter par le petit escalier de la tour. Dans la pièce gravée du tribann Guy ouvrit, sous l'escalier, une porte dissimulée par la petite bibliothèque coulissante. Apparut alors une grande pièce chaleureuse lambrissée de chêne avec, au milieu, une grande table. Le long des murs un buffet et une desserte du XIXe siècle s'harmonisait avec la boiserie murale. A une extrémité un feu de bois crépitait et sur la cheminée une petite pendule comptait le temps avec son balancier doré.

Ils installèrent Sylvie, qui semblait groggy, dans l'un des confortables fauteuils Empire tournés vers l'âtre. Guy fit assoir Odile dans l'autre fauteuil et tirât entre les deux sièges une tablette marquetée. Disparaissant par une petite porte il réapparut avec une bouteille de Schrups, ce rhum très sucré et fruité, à la mandarine et à l'orange, qui permettait aux travailleurs des siècles passé de surmonter bien de misères. Il servit copieusement Sylvie et Odile qui reniflèrent la boisson en le regardant d'un œil méfiant.

- Quoi ! je ne vais pas vous empoisonner ! Je vais me servir à la même bouteille en qualité de testeur de ses dames. Si je tombe raide mort de grâce, ne buvez pas.

Elles goutèrent ensemble du bout des lèvres en se regardèrent en se léchant les babines.

- C'est bon ce poison ! s'exclama Odile. Tu as des trésors dans ton armoire de sorcier apothicaire.

Sylvie ne disait rien et dégustait les yeux fermés.

- Ca, c'est un remontant ! Tu l’as trouvé ou ?

- Je le fais venir de la Martinique où, à l'unanimité des gûstateurs, se fabrique le meilleur rhum et shrubb du monde.

Elle se pencha vers Guy et interrogea:

-Tu n'aurais pas inverti dans les rhumeries de la Martinique par hasard ?

- Non. Il fit miroiter la liqueur devant la lumière du lampadaire, mais comme j'aime cette ile je suis parfois cocardier.

Sylvie souriait en reprenant rapidement des couleurs et plaisanta en se tirant dans la tempe avec son index en disant:

- Je l'ai échappée belle ! et toi aussi Odile car ces deux tordus était capables de tout. Mais alors, quel langage !

Ils furent secoués d'un rire inextinguible activé par la chaleur bienfaisante du rhum. Le stress s'évacuait dans la paix du lieu et les bienfaits de la liqueur dorée.

En levant la bouteille Guy leur annonça en les regardant l'une et l'autre:

-Les filles je vous invite au resto.Il y a tout ce qu'il faut pour passer une bonne soirée ici, à quelques pâtés de maisons.

Le serveur jovial d'un petit restaurant, au style vieillot des années 70, les accueillit avec le sourire quand il reconnut Guy qui serra des mains à la ronde. Il s'inclina profondément devant les dames en disant:

- Mesdames, nous sommes tous ici à votre entière disposition.

Guy le regarda intrigué et se tourna vers Odile et Sylvie en disant:

- Quelle classe notre sympa maitre d'Autel ? Vous êtes traitées comme des princesses. Je vais devenir jaloux !

Sylvie le regarda avec les deux auriculaires levés verticalement en disant:

- A tout seigneur tout honneur, il faut bien compenser les injures et menaces par quelques prévenances.

- Tu vas très bien en princesse mais arrêtons là le petit doigt levé avec ça je serais collés par l'étiquette et ne pourrais rien avaler achevât-il en pouffant.

Ils continuèrent leurs échanges sous l'œil singulièrement attentif du maitre d'hôtel.

Syvie regarda tout à tour Guy puis Odile.

-Vous vous connaissez ?

Guy allait répondre quand Odile le devança:

- Nous nous sommes rencontrés le 22 avril dernier à l'occasion d'une conférence sur l'alchimie donnée par Guy au Corum de Montpellier.

- Guy tu es conférencier ? Interrogea Sylvie.

- Ca m’arrive à mes moments perdus. Je donne quelques conférences pour des associations.

- Tu es alchimiste ?

- Non, j'ai étudié l'histoire de l'alchimie et aussi certains auteurs.

- Donc tu ne transmutes pas du plomb en or !

- Arrête avec ce cliché des siècles passés qui voient une inéluctable corrélation du mot alchimie avec l'or. J'ai l'impression que des auteurs de haut niveau tel Mircéa Eliade n'ont pas existé et que des livres comme Forgerons et alchimistes n'ont jamais été écrits !

Sylvie souriait avec un air taquin en prenant un malin plaisir à tourmenter Guy. Le regard en coin elle ajouta:

- Tu ne roules pas sur l'or alors tu ne m'intéresses pas. Elle acheva sa phrase dans un rire enfantin qui détendit Guy puis le fit sourire et enfin rire à son tour.

Odile souriait difficilement car jamais elle ne s'était réellement intéressée à l'alchimie si ce n'est d'une manière superficielle, à titre de curiosité. Elle n'avait pu poursuivre sa relation avec Guy car elle se sentait de plus en plus mal à l'aise face à son refus d'approfondir associé à un certain solipsisme. Elle n'avait besoins de personne pour avancer. La philosophie libertaire et disparate du Nouvel Age lui convenait. Elle se sentait néanmoins mal dans sa peau. Sylvie semblait la comprendre et lui dit:

- Tu t'intéresses à l'alchimie ?

- Oui, car j'ai l'intuition, uniquement l'intuition, que c'est une vieille science qui devait être extraordinaire.

-Tu ne l'as pas étudiée ?

- Non ! Par ou commencer ? Les textes sont tellement obscurs que n'importe qui s'y perd.

- Guy aurait pu t'aider...

Le maitre d'Autel s'approcha en faisant une révérence à Sylvie pour poser sur la table le dessert. Odile et Guy regardèrent Sylvie et lui dirent ensemble en inclinant la tête en riant:

- Votre Altesse est servie !

Après s'être écarté, le maitre d'Autel, qui ne les quittait pas du regard, eut un sourire amusé.

- J'ai un service à te demander, dit Sylvie en se tournant vers Guy. Paul, mon mari, a voulu venir quand je lui téléphoné que j'ai été agressée. Il ne va pas tarder à arriver. Pourrais-tu héberger Odile et la ramener, demain matin, à Fleury ?

- Ne t'inquiète pas je la ramènerais, elle disposera de la chambre du sénéchal. C'est la meilleure chambre à donner qui fut jadis occupée par le maitre d'arme des Templiers responsable du petit fort que j'occupe et qui surveillait l'entrée de la ville.

Elle se tourna vers Odile:

- Voilà pour toi l'occasion de mieux apprécier la tour. Je suis certaine que tu ne le regretteras pas.

Odile ne dit rien et eut un petit sourire crispé.

Sylvie s'approcha d'elle et lui glissant à l'oreille:

- Désolée de te laisser entre les griffes de l'ours, ce qui eu le don de dérider Odile qui lui répondit à haute voix en la prenant dans ses bras:

- Repose-toi bien et à demain.

Fin de l’amuse geule…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens