Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 11:22

Si le titre vous allèche, j’ai le regret de vous dire que je n’ai pas l’intention de vous parler de trésor accumulé par ces moines soldats que furent les pauvres chevaliers du Christ, ni du graal, ni de la pierre philosophale de ces adeptes de l’Art Royal, mais d’un projet que le fondateur des Templiers, saint Bernard de Clairvaux, avait concocté sur le plan social et qui, de nos jour, prend un certain relief. Que dis-je c’est plus, beaucoup plus  qu’un relief, c’est un Himalaya tellement ce qu’avait concocté ce mystique exceptionnel colle, au-delà du temps, avec notre actualité.

Voyons ce que fut le rôle des templiers, et surtout qui était Bernard de Claivaux, sur l’échiquier européen et cela pour ne point s’étonner si le fantôme de cette milice rode inlassablement dans notre inconscient comme s’ils cherchaient à parachever son œuvre ignominieusement sacrifiée.

Bernard était un religieux mais surtout un mystique. Son état mystique avait exalté ses capacités de telles sortes qu’il était aussi un politique, un économiste, et les questions sociales ne le laissait pas indifférent.

Il lutta contre ce qu’il appelait le rationalisme de l’école d’Abélard et l’orthodoxie mécaniste de la scolastique comme l’illustre la somme théologique de saint Thomas d’Aquin où tout procède par déduction logique. Pour illustrer cette opposition il suffit de dire que pour Abélard la théologie était un discours sur Dieu alors que pour saint Bernard elle était un non-discours sur Dieu.

Il fut un conseillé écouté des seigneurs et des rois de l’époque. D’une activité prodigieuse, on le voit un jour à Vézelay prêchant la seconde croisade, quelques mois après en Allemagne, à Spire ou l'empereur Conrad III fut tellement séduit par l'homme qu’il se croisa aussitôt. Il lutte contre le roi de France Louis le Gros, prenant partie pour l’évêque de Paris et l’archevêque de Sens. Par ailleurs Il permet l’élection du pape Innocent II contre son rival Anaclet…

Grand bâtisseur, on compte que de son vivant, il fonda en Europe 72 abbaye ou commanderies.

Bernard fut un meneur d’homme. Son magnétisme faisait s’évanouir ses contradicteurs les plus acharnés et soulevait ses adeptes. Il fut doté de dons exceptionnels. Il guérit un enfant aveugle (Fromageot, Tonnerre et son comté, p.32). On lui prête bien d’autres guérisons.

C’était aussi un voyant. Il pressentit ce qu’allait être le sort de l’Europe, et c’est, me semble-t-il, ce qui explique ce que l’on a désigné du nom du SECRET DES TEMPLIERS.

Durant les années 70 certains l’on comprit mais ont suivi le chemin d’une reconquête par la puissance en négligeant la transformation de la pensée. L’échec était inévitable.

Que voulut Bernard de Clairvaux ?

Il voulut « donner une âme à l’Europe ».

Mais c’était un chrétien particulier puisqu’il était partisan du christianisme primitif, il souffrait de voir les Lombard et les juifs pratiquer l’usure, alors que le christianisme l’interdisait. C’est pourquoi, pressentant avec une intuition transcendante dès cette époque, les troubles sociaux que la recherche effrénée du profit ne saurait manquer d’engendrer, il décida et obtient des chevaliers du Temple que leur Ordre observe trois vœux : pauvreté, chasteté, obéissance. En conséquence, les Chevaliers, en entrant dans l’Ordre, faisaient don de leur richesse.

L’Ordre du Temple, de ce fait, devint très riche. Ils utilisèrent cet argent, et l’or obtenu par transmutation, pour construire des routes dans toute l’Europe, des commanderies, des abbayes, des ateliers, etc., permettant ainsi la libre circulation des hommes des idées, des marchandises, par la création de lettres de change, celle des monnaies, et ce, avec un maximum de sécurité en ces époques difficiles et troubles.

Le procédé d’obtention d’or par les procédés alchimique ou autre leur fut enseigné au sein des maisons de la sagesse d’Afrique du Nord. Le fond documentaire de ces université étaient le même que celui de la Bibliothèque d’Alexandrie crée en 332 avant J-C.

Pourquoi ce changement d’appellation de « Pauvre Chevallier du Christ » à celui de « Chevallier du Temple » ?

On dit, bien souvent,  que lors du débarquement d’Hugues de Payns et de ses huit compagnons en Terre sainte, ils furent logés dans une maison jouxtant le temple de Jérusalem.

Cette explication me semble en cacher une autre plus significative. Si Bernard de Clairvaux leur conserva cette dénomination c’est parce que ses idées très larges, sa chrétienté, lui faisait concevoir  des idées plus vastes, plus universelles, concernant l’esprit du christianisme primitif et que la notion de Temple (il y eut des temples Grecs, romain, Egyptiens, mazdéens) lui faisait adopter une notion, beaucoup plus élevée spirituellement que celle d’église.

Peut-on comprendre la particularité de saint Bernard ?

Quand une énergie se transforme en une autre il y a toujours une perte. Cette loi porte le nom d’Entropie. Les conséquences de cette loi sont nombreuses et apparemment irréversibles ; elles postulent la fin de la terre dans le froid absolu… Mais ce n’est pas pour demain !

Cependant une exception subsiste : celle présentée par les êtres vivants et particulièrement l’être humain. Dépense-t-il de l’énergie ? Elle est immédiatement remplacée ou récupérée par l’ensemble des systèmes énergétiques biologiques, c’est la néguentropie. Evidemment le vieillissement est là pour nous dire que la néguentropie n’est pas victorieuse. Mais la néguentropie peut être victorieuse quant elle élabore un nouvel être au sein d’une mère soumise à l’entropie.

Cette néguentropie joue chez tous les êtres vivants. Mais l’homme possède une forme de néguentropie qui est particulière qui mérite le nom de « surnéguentropie ». Quand il est éveillé, tel Bernard de Clairvaux, il peut accéder à une néguentropie universelle à l’origine de la vie et de ce que l’on appelle pouvoirs paranormaux, ce qui lui permet de « réparer » ce qui est considéré comme irréparable sur le plan biologique ou autre. Parmi ces phénomènes étonnants, Bernard de Clairvaux en posait un capital, c’est celui d’influencer par le truchement de la parole.

Certains possèdent ce don d’une manière naturelle sans passer par l’éveil mystique. C’est le cas de « meneurs d’homme », des « grands tribuns ».  Par leur volonté transmise par la parole et l’énergie en elle incluse, ils ont été la cause de nombreux bouleversements sociaux.

Qu’en est-il de saint Bernard ? Il était doué de pouvoirs. Son action psychologique était telle que (je pense à ses prêches de Vézelay et à ceux de Spire ou des foules se ralliaient à lui) elles fascinaient, soulevait et mettait presque en état second les foules qui l’écoutait.

Dans un but qui se manifeste au-delà de son temps, et donc pour les temps futurs, Bernard demandait aux Templiers d’observer les trois vœux que j’ai signalés précédemment.

Le premier est le vœu de pauvreté.

Bernard semble avoir prévu huit siècles en avance les troubles sociaux qu’apporteraient à l’Europe, sinon au monde, l’appétit sans limite et sans barrière morale du profit.

Le prêt à intérêt était interdit par le christianisme primitif. Celui-ci n’avait pu prévoir la venu du profit illimité, conséquence de la révolution industrielle telle qu’elle se présente de nos jours. Une intuition transcendante le lui a-t-elle fait prévoir et lui a-t-elle  fait prendre la décision de demander à ses disciples, les Templiers, le vœu de pauvreté ?

Il va de soi qu’il ne lui était pas possible de demander que la totalité des biens possédés par les Templiers soit délégués à l’Ordre. Il semble  bien que ce vœux de pauvreté soit fonction du cas individuel (marié, enfants, etc.).

Mais dans sa conception de « l’âme de l’Europe », il répudiait la notion de profit sans limite, incontrôlé, et il supprimait cet appétit de lucre par son « vœu de pauvreté ».

Le deuxième vœu était celui de chasteté.

Que l’on ne se méprenne pas. La chasteté n’est pas la continence sexuelle. Il ne demandait pas à tout les Templiers de se faire énuque.

Certains Templiers pouvaient être mariés ou le désirer. Ce que voulait saint Bernard c’est la primauté de « l’Agapé » sur « l’Eros », ou l’amour sacralisé, « divin » et inconditionnel pour le conjoint… Et non l’inverse comme trop de civilisations décadentes en ont donné l’exemple… Et la notre semble en prendre le chemin.

Le troisième vœu était celui d’obéissance.

Nulle société ne peut vivre lorsque les règles sociales sont systématiquement bafouées. Le respect d’un certain nombre de principes sociaux et que l'on peut définir par le terme d’obéissance est indispensable à la vie en société.

 

Les trois principes majeurs formulés par Bernard de Clairvaux ne sont pas des principes religieux ou spirituels ; ce sont des principes sociaux et moraux, immuable pour la survie de toute société.

Il voilait avec ces trois principes, constituer « l’âme de l’Europe ». Son rêve s’est évanoui cent cinquante ans après sa mort. Aussi de nos jours l’Europe ne saurait affirmer sa vrai grandeur tant qu’elle n’a pas trouvée son âme, cette âme que lui avait préparé Bernard de Clairvaux et sans laquelle elle ne saurait survivre.

Avec toute mon amitié.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens