Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 08:43

Peut-être avez-vous entendu parler des Landmarks ? Dans le cas contraire permettez-moi de vous éclairer et peut-être de vous permettre de saisir pourquoi j’écris des articles sur le parallélisme hallucinant (ce n’est pas un superlatif) entre la tradition alchimique et celle des Franc-Maçon ? Le but de ma prose est à double face : celle de montrer la cohérence du symbolisme général et donc par voie de conséquence de souligner les erreurs qui parfois provoquent des scissions internes aussi bien que l’incompréhension « externe ». La seconde face de mes intentions est de montrer aux chrétiens que le rejet systématique de la maçonnerie ne repose sur rien de sérieux. Cependant, soyons réalistes, d’un côté comme de l’autre nous trouvons des margoulins hystériques mal intentionnés d’autant plus virulents et aveugles qu’ils sont conditionnés comme détenteurs de l’unique vérité ! Ne comptez pas sur moi pour désigner qui remporte le pompon des F.M. ou des cathos ! ! ! Je ne puis dire qu’une chose : ce n’est pas joli… Dans ces luttes déraisonnables, l’hypocrisie sirupeuse au goût sucré a le don, d’où qu’elle vienne, de dégoûter de l’espèce humaine.

 

La Maçonnerie anglo-saxonne a fixé des règles en dehors desquelles tout Maçon et toute Obédience sont déclarés « irréguliers » (autant dire hérétiques !). Ces règles, qui ne sont autres que des sœurs jumelles des dogmes, portent le nom de « Landmarks » qui signifie « limites » ou « bornes ». Osvald Wirth ne manquait pas de lucidité quand, en 1938, il écrivait :

« Les landmarks sont d’invention moderne et leurs partisans n’ont jamais pu se mettre d’accord pour les fixer. Cela n’empêche pas les Anglo-Saxons de proclamer sacrées ces limites essentiellement flottantes, qu’ils arrêtent au gré de leur particularisme. Chaque Grande Loge les fixe conformément à sa façon de comprendre la Maçonnerie ; la Maçonnerie est très diversement comprise, d’où des définitions contradictoires, destructrices d’unité au sein d’une institution visant à la concorde universelle.[1] »

 

Je suis totalement d’accord avec Jules Boucher :

 

« L’unité maçonnique, rêvée par quelques-uns, est un leurre ; elle ne sera jamais réalisée et elle n’est pas souhaitable. » (p. 198)

 

Nous avons l’exemple de l’Église Gallicane ancienne (époque romane) qui, avant l’avènement de Charlemagne était le reflet de chaque région. Pour ceindre la couronne impériale Charlemagne détruisit cette unité dans la diversité et imposa partout les désirs et la suprématie du Vatican qui l’avait couronné. C’est ainsi que la langue latine devint universelle en stérilisant les particularismes locaux si bien adaptés à la mentalité de chaque région. À partir de ce moment l’Église commença progressivement à perdre son âme. Et Boucher à totalement raison quand il dit :

 

« La Maçonnerie doit s’adapter aux différents pays et dans chaque pays correspondre aux aspirations différentes des Maçons. »

 

Surtout ne rien imposer sous peine de renoncer à sa propre identité qui est celle d’être FRANC avant d’être Maçon, c’est-à-dire LIBRE.

Dans l’Église cet aspect correspond aux libertés (par rapports aux dictats du Vatican) de l’Église Gallicane. Ces libertés furent officialisées en France par la Pragmatique Sanction de Bourges publiée en 1438 par le roi Charles VII. Croyez-moi, le pape n’était pas content ! Il était d’autant plus préoccupé que le roi eut l’aval de Jeanne d’Arc. Donc, ne vous interrogez pas sur les raisons de la date anormalement tardive de la canonisation de notre pucelle nationale (1920).

 

Le ciment d’union, autant dans la Maçonnerie que dans l’Église, c’est le symbolisme. Car le symbolisme n’appartient à personne. Il n’existe pas un symbolisme maçonnique ou religieux. Il est UNIVERSEL. Dans tous les cas son rôle est l’apprentissage d’un langage. Permettez-moi de citer encore Jules Boucher :

 

« C’est le symbolisme maçonnique, bien compris, qui doit seul former le ciment entre toutes les Pierres et c’est par lui que la véritable fraternité peut et doit s’établir. »

 

Si le symbolisme est "bien compris", s'il n'est pas du blablabla stérile, alors retournons à ces époques où les maçons livraient, aux ecclésiastiques de l'ancienne Eglise Gallicane, une cathédrale. Leur connivence et complémentarité étaient incontestables. À vous, cher lecteur, qui que vous soyez, de savoir s’il serait judicieux de la restaurer.

Que la force, forte de toutes forces, d’Hermès et l’Esprit Saint du Christ soient avec vous.



[1] Qui est régulier, p. 64.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PELERIN 31/05/2008 18:39

Bonsoir monsieur L.G,L'église de Rome à très certainement contribué à une certaine morale...oui, nous pouvons reconnaître qu'elle oeuvre à une certaine stabilité politique et sociale bien que ...Toutefois, comment réagirait les chrétiens de notre époque si l'on vulgariserait à grande échelle ce qui suit:Que l'eau bénite (benoite) contenue dans les bénitiés en forme de coquille Saint-Jacque (chaux) est remplacée par de l'eau chlorée provenant du robinet "bénie" par un prêtre en accord avec sa conscience!!!Que les fidèles présents à la Sainte Messe eucharistique reçoivent l'hostie symbole d'Amour, mais que le "prêtre" déguste le vin symbole de la connaissance et ne le partage pas avec ses fidèles...Que le vin rouge soit remplacé par du vin blanc par simple commodité et éviter une lessive sur deux!!!Que l'huile d'olive qu'importe de quelle pression du moment qu'elle est "bénite" remplace l'HUILE CHRISTIQUE (alchimique) lors de baptème, derniers sacrements et consécrations etc...Que le prêtre lors de la Messe Eucharistique tourne le dos au Soleil levant (il est vrai que 11 heure du matin on n'est loin de l'auRoRe... Faut-il en ajouter!!!Pensez-vous franchement que l'Esprit Saint intemporel cautionne toutes ces dérives d'une église qui ne survit que par sa puissance accumullée dans les siècles?Elle a nourrit la terre par le sang de l'humanité et a enmagasiné l'or vulgaire d'une multitude de royaume.J'en resterai là en ce qui concerne la chose...Oui Monsieur Gineste, restaurer l'église galicanne ancienne apporterait un nouvel espoir à tous ces chrétiens dignent de renaître dans la vraie parole du Christ.Toutefois, si la Martinique se révèle être la terre promise et qu'au niveau de l'occident les distances géographiques deviennent un obstacle...je pense que c'est dissocier l'arbre de ses racines.Que notre Seigneur nous vienne en aide dans cette époque chaotique...Que la Connaissance se révèle parmi les femmes et les hommes afin d'entrevoir un avenir meilleur.Amicalement et en toute fraternité dans ce monde. 

Hermophyle 04/06/2008 16:05



Bonsoir Monsieur,
Vous avez raison. L'Eglise ayant évacué les symboles, tout ce qu'elle fait est devenu invalide : ordination, messe, baptêmes, eau bénite etc.i


MERCI POUR VOTRE COMPREHESION A PROPOS DE L'ARTICLE PUBLIE HIER L. G.



Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens