Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 15:12

 

 

À l’allumeur de réverbères.

 

Il est grand temps de s’apercevoir que l’homme n’est rien sans la femme. De ce fait l’orthographe ne doit pas l’ignorer. Quand on parle des hommes, on parle des seuls mâles de l’espèce. Trop souvent on emploie ce mot pour désigner l’ensemble des hommes et des femmes, ce qui donne au majestueux pénis (gloire à lui !) une dimension universelle. Si cela peut en satisfaire certaines pour une durée déterminée, qu’elles ne soient pas dupes…La sexualité ne saurait prévaloir sur nos autres particularités notamment celle de penser.

Quand on désigne l’espèce humaine, on parle des Hommes avec un H majuscule. Même l’ordinateur est devenu macho puisqu’il corrige le mot Homme en me proposant la correction homme ! Mesdames, nous avons du pain sur la planche !

 

*     *     *

En mars 1952 la revue des Études Traditionnelles publia un article d’un collaborateur mystérieux et éphémère dont je cite maintenant un extrait d’un haut intérêt :

 

« Tel ou tel amateur de vie spirituelle, qui croit parcourir un chemin important vers la libération, se trouve en réalité profondément, et de plus en plus, lié et assujetties à des puissances qu’il se trouve incapables de reconnaître. Il faut bien dire que celui qui prétend à un degré appréciable de réalisation métaphysique, et qui, en même temps, se montre incapable de se reconnaître au milieu des puissances cosmologiques en actions dans les collectivités humaines se trompe absolument sur son propre état ; car le chemin du métaphysique passe par le physique, et si la connaissance correcte et une attitude correcte en ce qui concernent le physique ne sont pas des choses à rechercher comment bien absolu, par contre leurs possession est le témoignage et le signe que l'on est dans un domaine d'un prix infiniment supérieur. Ceci dit pour quelques-uns de ceux qui se croit dégagés des contingences physiques et cosmologiques de divers ordres, simplement parce qu'ils méconnaissent la nature et la portée des liens par lequel ces connaissances les assujettissent. »

 

L'intérêt est considérable du problème de l’Être, de son évolution et de la destinée. Tout cela étant un champ d'investigation tellement vaste qu'il est difficile de trouver un chemin. C’est d'autant plus délicat qu'à notre époque se mêle à cette recherche essentielle pour l’Homme des idéologies diverses comme celles des Églises dégénérées, ou du salmigondis, abusivement appelé synchrétisme, qui caractérise le nouvel âge. À cette confusion s’ajoutent une psychologie douteuse et la mode du développement personnel. Évidemment il s’agit là d’un résumé des pratiques parasitaires déroutantes sur le chemin initiatique, qui n’a rien d’exhaustif.

Oui, le métaphysique passe par le physique car notre corps physique et la matière ont un rôle considérable à jouer pour notre connaissance du monde suprasensible et le plein développement de nos véritables capacités. Le chemin le mieux adapté pour la grande majorité d’entre-nous est l’alchimie qui œuvre sur ces deux plans. D’ailleurs, ce n’est pas sans raison qu’elle domine là symbolique maçonnique et que sa résurgence s’affirme à travers l’œuvre de Fulcanelli et de son élève Eugène Canceliet, qui méritent un hommage plus important que l’on pense pour leur œuvre… Notre curiosité montre que nous sommes « faits » comme des rats, alors n’allons pas dans ce sens, soyons modérés et ne perdons pas notre temps à nous acharner à vouloir découvrir à tout prix l’identité du célèbre Fulcanelli ! C’est un piège beaucoup plus pernicieux que l’on pense pour notre petit ego qui ne demande qu’à grandir…

L’essentiel est d’acquérir cette science de l’esprit qui permet de voir au-delà du réel en sachant sans ambiguïté de quoi il s’agit. Pour cela nous devons faire appel au penser humain fondé sur la raison. Surtout ne croyons pas que si nous sommes clairvoyants naturellement, nous soyons plus avancés et que la faculté de penser logique viendra toute seule ! Rien n’est plus faux.

Soyons précis, pourquoi les dieux de la Bible, les Eloims ou Aloims ont-ils fait naître les hommes ? De grâce, épargnez-moi le refrain du bon Catho qui vous dit l’œil larmoyant et le cœur en délire : par amour ! Laissons ces « chrétiens » dans leurs indestructibles certitudes. Soyons en sûr, si l’homme n’était pas réellement indispensable, les dieux ne l’auraient pas créé… Pardon à Charles Darwin et aux évolutionnistes ainsi qu’au prix Nobel Jacques Monod chantre du dieu hasard !

La seule possibilité de cultiver des pensées venant des mondes supérieurs par l’intermédiaire de notre hémisphère cérébral droit (voir Holoscopie de la spiritualité occidentale) est de les faire germer sur terre et dans la terre des Hommes. Il en résulte donc que tout ce que les Hommes pensent sur le plan physique est quelque chose d’unique qui vient enrichir les possibilités des mondes supérieurs. La réponse sur la raison de la présence humaine est claire. Les dieux on fait naître l’Homme afin de recevoir de lui, sous la forme de la pensée, ce qu’ils possédaient déjà sous une autre conformation. Faut-il s’étonner si l’Homme est par essence un transmutateur ?

L’Homme sage est l’œil du cosmos. Sans lui il serait aveugle. Grâce à l’Homme sage il peut contempler son œuvre et plus particulièrement l’humanité.

Celui ou celle qui refuse de penser soustrait donc aux dieux ce qu’ils attendent de lui ou d’elle et ne peuvent donc accomplir leur tâche et leur destinée d’Homme. Donc, autant par son silence que par la pensée logique l’Homme est lié aux mondes supérieurs et aux dieux. Le silence permet la méditation et l’inspiration qui se transforme en pensées logiques lesquelles retournent aux dieux.

La pensée est une forme de représentation que nous apportons aux mondes supérieurs. C’est par la pensée que se grave en nous, sans que nous en ayons toujours conscience, ce qui nous est révélé des mondes supérieurs. C’est pourquoi elles sont l’une des clés de l’initiation.

Bien évidemment, la pensée reste notre propre pensée après qu’elle a joué son rôle auprès des dieux. C’est son passage dans le monde suprasensible qui grave en elle des valeurs et des capacités particulières.

Si nous ne sommes pas des penseurs, les révélations devront chercher d’autres supports pour s’exprimer, par exemple l’image, le symbole. C’est ainsi que le non-penseur perçoit les inspirations et révélations. C’est cet aspect particulier qui a orienté certaines sociétés initiatiques vers l’étude des symboles.

Les clairvoyants visionnaires non-penseurs racontent leurs révélations dans un langage symbolique. L’expérience subjective est tout autre selon que l’intuition ou la révélation s’opère chez un penseur ou un non-penseur.

Si vous avez des révélations en tant que non-penseur, vous verrez des symboles, vous serez en face d’une image.

La conscience subjective du penseur vit les expériences du monde spirituel d’une manière un peu différente. Les révélations n’arrivent pas à lui d’une manière soudaine.

Imaginons un clairvoyant qui ne pense pas et un clairvoyant qui pense. Les deux vivent la même expérience. Le clairvoyant non pensant voit tel ou tel phénomène du monde spirituel, le clairvoyant pensant, lui, ne le voit pas immédiatement. Il ne le voit qu’un peu plus tard, mais à ce moment son penser s’en est déjà saisi. Il reconnaît ce qu’il voit, et sait déjà si ce qui lui apparaît est vrai ou non ! Comme cette apparition ne s’est pas présentée à lui immédiatement, il a eu le temps de la pénétrer de sa pensée et il peut tout de suite discerner s’il s’agit d’une illusion ou d’une réalité. En fait, il connaît la chose avant de l’avoir vue. Évidemment, la perception lui parvient au même moment qu’au clairvoyant non pensant, mais il ne la voit qu’un peu plus tard.  Au moment où il voit cette manifestation, il a déjà porté un jugement sur elle, il l’a pénétrée de sa pensée et il sait parfaitement s’il s’agit d’un leurre, s’il prend ses désirs pour la réalité ou s’il est en présence d’une réalité objective. C’est là que se situe la différence dans l’expérience subjective.

Pour le non-penseur la vision restera un événement en soi qu’il décrira en interprétant l’image ou le symbole. Celui qui pense, par contre, pourra faire le lien entre ce qu’il à vu et ce qu’il vit. Car le monde physique n’est, tout comme une apparition, rien d’autre qu’une révélation du monde spirituel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sémias 11/11/2008 00:13

bonjour L.G,verifier toujours verifier,apprendre ,peut-on y mettre un manque de confiance,ou bien se dire que ce que l'on apprend dépend du ou des regards que l'on donne?lire chaque message comme un symbole,et un symbole comme un message,mais n'y a t'il pas un doute qui peut se former en mélangeant tout cela?bien à voussémias

Hermophyle 13/11/2008 14:37


Bonjour Sémia,
Vérifier ! signifie qu'il ne faut pas prendre pour argent content ce que l'on vous dit. Ce n'est pas un manque de confience en l'autre ou en soi-même. C'est une attitude qui permet de déceler
des erreurs. Elle est excellente pour réaliser des recherches sérieuses en tous domaines. C'est en effet exact de penser que ce que l'on apprend dépend du regars que l'on porte sur le sujet à
étudier.
La lecture des symboles s'apprend jusqu'à éviter toute ambiguité sur leurs sens. C'est un long travail qui fait partie de la formation initiatique.
Bien à vous.
L. G.
est précieuse


semias 07/11/2008 21:05

il est vrai que l'initié doit etre a l'écoute de son initiateur,mais cela ne veut pas dire qu'il lui doit obéisance,celui qui voit aura plus grande facilité a s'apercevoir si on parle ou pas de son centre d'interet,un peu comme la flute enchantée

Hermophyle 10/11/2008 16:56


Bonjour Semia,
Le futur initié ne doit obéhir à PERSONNE. Il accepte ou refuse les suggestions faites pas son accompagnateur.La liberté est sacrée en ce domaine. Ce qui est dit à l'initiable doit-être vérifié. Un
initiable n'est pas visionnaire et de ce fait il lui faut vérifier, vérifier et encore et toujurs vérifier. S'il ne le fait pas cela veut dire qu'il est inapte à recevoir l'initiation.
Bien à vous.
L. G.


maylusine 02/11/2008 09:37

Bonjour LG !En fait, je suis arrivée sur votre blog en cherchant des infos sur Sainte Barbe, ce qui m'interesse dans tout ça est la transformation, être alchimiste de sa vie en quelque sorte !  J'ai souvent pensé que nous étions tous liés les uns aux autres et à l'Univers,  maintenant je crois, plutôt je ressens, qu'il n'y a pas de distance entre L'Univers et nous et que tous les  mondes s'interpénètrent (  la physique quantique m'a bien aidée !) J'ai lu à ce sujet les bouquins de Jean Charon, en particulier "j'ai vécu 15 milliards d'années" Je n'ai pas parcouru tous vos articles, mais je vais regarder de plus près ! Bonne journée.

Hermophyle 02/11/2008 18:53


Bonsoir maylusine !
La transformation de l'être est le problème central. Selon notre degré de transformation (certains parlent d'évolution mais ce terme me parrait impropre) nous découvrons un pan de l'univers. Oui,
nous sommes tous liés les uns aux autres, c'est l'inséparbilité quantique mais qui est bien réelle comme le montrent les jumeaux. Mais la question fondamentale est de savoir pourquoi nous sommes
dans un tel univers et quel est notre role. J'essaye actuellement dans une série d'articles consacrés à l'initiation de répondre à ces interrogation en fonction de ce que j'ai compris ou cru
comprendre. En tout cas, les ouvrages de Jean Charon sont remarquables car n'est pas un bon vulgarisateur qui veut...
Bonne soirée et réfléchissez à le synchronicité !
L. G.


maylusine 01/11/2008 19:49

Pensez-vous que la physique quantique peut nous aider à mieux appréhender cette notion de "matière spirituelle" ?

Hermophyle 01/11/2008 21:19



Bonsoir Maylusine,
Oui, la physique quantique peut aider à mieux comprendre le monde. Quand vous découvrez qu'un électron peut passer en même temps par deux trous différents sans se dédoubler ou que deux particules
(photons) semblent communiquer quant elles sont séparées de plusieurs millions de kilomètres... Cela pose les bases d'une réflexion sur la structure de l'univers. Le concept de spiritualité
s'impose tout ou tard dans un monde relatif, car on finit par se poser le problème d'un point de repère, et ce point de repaire au-dela des phénomènes qui défient la logique est l'existence
d'un univers suprasensible qui explique tous... sans équations.
Bien à vous.
L G.



maylusine 01/11/2008 14:13

"C'est en vous que doit se réaliser le changement que vous désirez voir dans le monde" Mahatma Gandhi Ne serions-nous pas à la fois créateur et création ?

Hermophyle 01/11/2008 15:07


Bonjour Maylusine,

Je suis complètement d'accod avec le Mahatma Gandhi.
Il est incontestable que nous sommes le créateur de nous-même et intégrés à la créatuion, ce qui est une évidence. Nous sommes donc directement liés et responsables vis-à-vis de nous même que
de la création toute entière. Un changement chez l'individu se répercute dans le monde... C'est le phénomène anthropique.
Je suis heureux de pouvoir échanger avec un être qui s'interroge.
Bien à vous.
L G.


Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens