Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 10:12

© 2009 pour tout le blog.

Cet article permet à celles et ceux qui ne sont pas familliarisés avec l'alchimie de découvrir comment se transmet la connaissance. Quant à ceux qui travaillent depuis longtemps, je sais qu'il y en a parmis mes lectrices et lecteurs, il pourront glaner ça et là quelque perles suceptibles de les aider.

Donc, en lisant ce court exposés il s'agit de prendre conscience que chaque parole est comme une médaille, elle posséde son endroit et son envers. Ce qui est le plus amusant c'est que le choix de l'endroit n'est pas toujours évident... d'où le second interêt de ce petit article : fait prendre conscience de la relativité des choses.


A

u clair de la lune est une chanson enfantine écrite vers 1790 qui véhicule un message alchimique afin que les générations successives ne puissent oublier les bases essentielles de la science d’Hermès.

Quand elle fut écrite c’était l’époque ou les révolutionnaires détruisaient aveuglément beaucoup de symboles laïques non seulement statuaires et architecturaux, mais aussi ceux qui ornaient les meubles. Il fallait donc pérenniser la connaissance par un autre procédé moins évident et moins sujet au vandalisme aveugle. La comptine inoffensive assuma ce rôle à côté d’une nouvelle dimension symbolique tant sur le plan littéraire qu’architectural, que le XIXe siècle devait faire fructifier. C’est la raison pour laquelle dans mon dernier livre Les secrets alchimiques de Montpellier, je ne néglige pas, dans la visite de la ville, les parures architecturales des hôtels particuliers ou des simples demeures du siècle romantique.

Qui dit comptine dit expression verbale et donc jeux phonétiques, ce que les alchimistes appellent cabale, terme à ne pas confondre avec la kabbale hébraïque.

La raison essentielle de la phonétique est ici mise en évidence, montrant aussi bien sa simplicité non dépourvue de subtilité que son indispensable utilisation pour décrire en un second langage un processus opératoire. Au risque de me répéter je souligne qu’un symbole bien compris, et la phonétique est symbolique par analogie de sons, se doit d’être une sorte de « panneau de signalisation » qui indique un chemin vers une réalisation concrète. Si ce fait n’est pas en bout de piste le symbole, même s’il ne manque pas d’intérêt, perd sa raison d’être, et j’irais plus loin : ce n’est plus un symbole, c’est une spéculation parmi tant d’autres.

Quant à notre comptine célèbre, elle illustre parfaitement le fait essentiel que l’alchimiste doit apprendre à acquérir un certain état d’esprit hors de nos systèmes d’analyse. Et du moment qu’il est marginal par rapport à notre monde verbal habituel, il ne saurait être étudié avec une démarche intellectuelle, rationnelle. La sémantique est ici libérée et notre analyse surrationnelle du texte peut ainsi prendre son envol. Elle atteint son seuil de non-retour quand la dimension « raisonnable » de notre pensée tend à considérer cette démarche comme étant absurde et superficielle. Ceux qui ne parviennent pas à franchir ce cap ne seront jamais alchimistes. S’ils le sont, il ne réussiront pas car l’Esprit ne peut les enseigner. Nous mettons là le doigt sur un phénomène très particulier et essentiel. Il faut accepter la bêtise en soi, ce qui nécessite de ne pas se prendre pour l’élite même si on sort d’une grande école prestigieuse. Et ça c’est un obstacle terrible soigneusement évité par les spiritualistes et bidouilleurs que l’on appelle humilité et dont les orateurs spiritualistes se gargarisent en plastronnant… ainsi va la misère humaine.

Dans notre petite chanson, ou chanson pour petits, le premier message peut se résumer en quelques mots : « Si vous voulez comprendre retrouvez la pureté de l’enfance. » De ce fait toutes les versions érotiques (car il y en a !) fussent-elles des plus académique se doivent d’être interprétées sur le registre alchimique.

Commençons donc l’interprétation :

« Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot, »

 

 

 

Sens alchimique :

Le clair de lune, sa lumière polarisée est nécessaire dès le départ pour informer les cristaux salins. C’est un phénomène analogue à la piézoélectricité, en beaucoup plus subtil sur le plan énergétique.

Les produits dérivés de ces cristaux « informés » vont être attirés (« ami » dérive d’amour et amour provient d’aimant) par la pierre ronde « Pierre-o » qui sera appelée soufre philosophique.

 

« Prête-moi ta plume
Pour écrire un mot. »

 

Sens alchimique :

La plume est ici le feu de cheveux de Geber. Ces structures capillaires sont très légères. En tombant sur la matière elles forment un écrin (écrire) autour du O (mot).

 

 

« Ma chandelle est morte,
Je n'ai plus de feu,
Ouvre-moi ta porte,
Pour l'amour de Dieu. »

 

Sens alchimique :

Toute cette partie s’adresse à la matière première : « Ma  chant-d’elle est morte ». Son chant vital est mort car elle manque de feu.

L’alchimiste va lui ouvrir la porte. Pour saisir le sens de cette porte rappelons qu’un ballon de Pyrex est constitué par trois parties : Le goulot, le col et la panse. Si le goulot a donné son nom à gullivert (la gueule verte) et à Gargantua (quelle gargante tu as). La porte dans ce contexte se réfère à d’autres appellations. Le col du ballon est aussi appelé la rue (voir ce terme dans mon petit dictionnaire l’alchimie expliquée par son langage.) De ce fait la porte est le goulot qui s’ouvre dans la rue. En d’autres termes il faut introduire la matière première « morte », par manque de feu, par le goulot du ballon. Cela sous entend qu’il faut la pulvériser.

La fin insiste sur deux mots : amour et Dieu. Je ne vous ferais pas l’injure de vous expliquer le sens de ces deux mots qui reviennent en lei motif car je suppose que des bidouilleurs chercheurs d’or ne lisent pas cette prose. Retenez tout de même que la réussite du Grand Œuvre est appelé « Don de Dieu ». Ohé Francs Maçons ! Si le grand Architecte de L’Univers ne fait pas partie de votre vocabulaire, allez vous r’habiller !



« Au clair de la lune
Pierrot répondit :
"Je n'ai pas de plume,
Je suis dans mon lit. »

 

Sens alchimique :

La pierre-o n’a pas de feu de plume, elle est allongée, tassée dans le lit ou fond du ballon.

 

 


« Va chez la voisine,
Je crois qu'elle y est,
Car dans sa cuisine
On bat le briquet. »

Sens alchimique :

Pour continuer le travail on change de lieu pour aller dans la cuisine voisine. En effet, pour œuvrer correctement une cuisine suffit. Dans la cuisine on peut avancer pour réaliser la conjonction du mâle et de la femelle, ou formation du rebis, car au moment de la rédaction de cette chanson l’expression populaire « battre le briquet » désigne les ébats amoureux. Dans l’iconographie alchimique on voit souvent un couple nu enlacé pur désigner la conjonction des contraires.

 



« Au clair de la lune
L'aimable lubin
Frappe chez la brune,
Elle répond soudain,
Qui frappe de la sorte ? »

Sens alchimique :

Le lubin est un moine dépravé qui est ici plein d’amabilité. C’est insister sur la consolidation du rebis avec une dimension spirituelle (moine) sous jacente. Ce qui frappe est la manifestation de la couleur brune qui fonce, plus les « chocs » de la dynamisation, sont energiques.

 


« Il dit à son tour :
Ouvrez-moi la porte
Pour l'amour de Dieu. »

Sens alchimique :

Ici le lubin-rebis est sorti du ballon pour la suite des opération.



« Au clair de la lune,
On n'y voit qu'un peu :
On chercha la plume,
On chercha le feu. »

Sens alchimique :

Les deux première lignes spécifient qu’il ne faut pas trop éclairer la cuisine car la matière est photosensible. Il faut aller chercher un autre feu qui n’est plus le feu de plume. « On changea le feu. »

 


« En cherchant d'la sorte
Je n'sais c'qu'on trouva,
Mais j'sais que la porte
Sur eux se ferma »

Sens alchimique :

Ce feu particulier la chanson ne veut pas en parler, à moins qu’une partie soit perdue, car il permet de passer du blanc au rouge. Parvenu à ce stade il faut fermer le ballon sur le rebis rouge. Cette fermeture du ballon est nécessaire pour la dessiccation de la pierre. Mais ce n’est pas en l’enfermant qu’elle va sécher. Le passage « Je ne n’sais c’qu’on trouva. » exprime bien qu’il y a un corps étranger dans le ballon qui n’est autre qu’un dessiccateur comme un carbonate de potasse.

 

Il est inutile que je commente la variante suivante quand on sait que la pierre blanche, ou pierre lunaire, ici « enfant tout blanc », après avoir été multipliée (croissant) transmute en argent.

 

« Au clair de la lune
Pierrot se rendort.
Il rêve à la lune,
Son cœur bat très fort ;
Car toujours si bonne
Pour l'enfant tout blanc,
La lune lui donne

Son croissant d'argent. »

Ici le cœur correspond au soufre et les battements de cœur expriment, avec une certaine exagération, la dynamisation du soufre philosophique.
Les quatre premières lignes concernent la pierre rouge et les quatre dernières la pierre blanche.

 

Voilà je vous ai livré quelques explications qui n’ont pas servi à  flatter mon ego. Je souhaite de tout cœur qu’elles vous soient utiles si vous y trouvez un quelconque intérêt. N’oubliez pas que le clair de la lune est aussi fructueux pour les amoureux que pour les amoureux de science : « Croissez et multipliez » disait le grand initié égyptien Moïse dans sa Genèse. Après ça si vous croyez que nous sommes judéo-chrétien je vous répondrais comme les égyptologues qu’il est évident que nous sommes egypto-chrétiens. Il serait peut-être temps de s’en rendre compte et de suivre, en compagnie du Christ, la route de Memphis. Ce n’est pas Fulcanelli qui me contredira en son frontispice évocateur du Mystère des Cathédrales, signifiant sans ambiguïté que le mystère des cathédrales est alchimique et égyptien

 

 

Bonne année à vous toutes et à vous tous, et que la pleine lune vous soit favorable.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gilles la mouette 19/08/2014 07:01

ce n'est pas un peu tirer par les cheveux ? :(

Hermophyle 19/08/2014 16:05

Tiré par les cheveux ? référez-vous au laboratoire alchimique et vous aurez la réponse... Par contre j'ai peut-être coupé les cheveux en 4.

hermes UK 05/07/2013 08:23

Très bon article, vous avez mentionné hermes, c'est ma très intéressé dans le luxe, impressionnant.

hermophyle 05/07/2013 10:06

Merci Hermes !

lafforgue 02/01/2010 01:00


merci pour tous ces commentaires, je me complète quand je les lis.
Dans l'un d'entre eux, il est question du christ.
J'ai pu lire lors de mes recherches que ce dernier ne se nommé pas christ, mais pierre philosophale à son époque.
quand est il à votre avis.
merci d'avance pour votre lumière qui je pense entrera dans ma matière dense.
olivier.
bonne et heureuse année 2010 à tous.


Hermophyle 03/01/2010 12:27


Bonjour,
Actuellement nous vivons un délire d'interprétation dans le camps des "ésotéristes" qui cherchent une notoriété avec des idées farfelues. Certes tout n'est pas erroné, mais tout est transformé. Le
Christ pierre philosophale est ce vrai? Évidemment, mais essentiellement cabalistiquement en qualité d'abutissemens à notre divinisation. C'est cette dimension extraordinaire qui fait dire à
l'alchimiste don Belin évêque de Belley, que la pierre philosophale était le Christ. De là à raconter que le Christ était appelé pierre philosophale de son vivant, c'est un pas de trop.
Telle est mon opinion.
Bien à vous et bonne année.


semias 31/12/2009 17:23


un labyrinthe,celui de Chartres,la lieue, ou on y voyait un dessin de thésée et du minautore,labyrinthe de Salomon comme il est ecrit tradition magique associé au labeur de celui de pouvroi
penetrer et d'y voir le combat entre deux nature,mais surtout celui d'en resortir,qu'il est bon de lire Fulcanelli,(je ne pouvais m'empecher d'ecrire cela)


pourriez vous s'il vous plait,expliquer le sens d'amour et Dieu,comme il est entendu dans cette comptine?

merci

sémias


Hermophyle 04/01/2010 01:42


Vous me demandez là un développement dont je ne suis par arrivé à bout avec les 500 pages d'Holoscopie de la spiritualité occidentale. Le Dieu dont je parle n'est pas le Dieu tel que le
prônent les religions. Il en est de même pour l'amour. Lisez attentivement et vous comprendrez.
Je répète : Je ne suis pas un enseignant.


g-mow 25/12/2009 12:43


Bonjour à toutes et tous, Léon;
Effectivement ce doit être un sacré labyrinte toute cette initiation alchimique.... (comme le dit philipe dans un comentaire de cette page) d'ailleur il me semble que "Chartre" nous le fais voir
dans sa cathédrale quelle chemain prendre le noir ou le blanc???? est-ce l'un ou l'autre, ou , l'un et l'autre .
cela me ramène a une phrase de "Bouhda" (qui pour la légende l'avait appris d'un maitre musicien qui passait sur le guange a l'époque où il était acète ) ; ""il faut que la corde soit idéalement
tendue , car si ont la tend de trop, elle casse, et, si ont ne la tend pas assez elle ne sonne pas......." a mon avis personnel ce labyrhinte se joue des nerfs de ceuli qui l'empreinte (les nerfs
c'est un peut les cordes des être humain..?.?.?) chemain noir, chemain blanc... et si ont empreintait la ligne du milieu??? être celui du milieu n'est ce pas le but final? peut être je m'égard car
j'ais la facheuse manie d'aimé melangé toute ces spiritualité ("il y a plusieurs pieces dans la demeure du père" m'a t'ont dit un jour, ou aussi; "ce n'est pas en étudiant la pétale que l'ont
connait la fleur") voila désolé si je suis un peut floue et mal adroit car je ne sais que mal m'éxprimé.
très bonne fête à vous tous


Hermophyle 28/12/2009 12:35


Noir ou blanc, c'est à chacun de choisir car nous sommes libres et l'alchimie ne saurait être noire même si existe l'oeuvre au noir. La ligne du gris ou ligne du milieu n'existe pas puisque le
Christ vomis les tièdes. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon père ne veut pas dire qu'il y ait une maison noire. Si vous mélangez plusieurs voies, l'echec est sur.
Bonne année.


Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens