Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 17:57

in-oc-01-copie-1.jpg

Le titre de cet article nécessiterait la rédaction d’un ouvrage entier pour traiter correctement le sujet qu’il propose. Je serais bref sans pour cela trop déformer les idées et les concepts qui sous-tendent ces deux connaissances étroitement liées à l’essence de l’ésotérisme.

Je vais parler d’occultisme d’une manière globale en précisant que l’occultisme en question concerne des idées et des faits dont la cause, l’action et les buts restent difficiles à définir et donc mystérieux et qui sont à la base  d’une puissante spiritualité qui caractérise la mystique. C’est l’équivalent de l’ésotérisme, terme qui fut souvent employé par le fondateur de l’Anthroposophie.

Je précise cela car il ne faut pas confondre l’occultisme avec les sciences occultes dont la doctrine et les pratiques, dénuées de spiritualité (ou pourvue d’une spiritualité bon marché ou loufoque), concernent différentes mancies (pratiques divinatoires diverses) ou des exercices spirites ou encore l’étude et la pratique des « pouvoirs paranormaux » qui se trouvent dans certains aspects de la société de Théosophie.

Il arrive aux docteurs de l’Eglise d’appeler théosophia (« la sagesse de Dieu ») la théologie. Étymologiquement  les théosophes sont  ceux que « connaissent les choses divines » En ce sens l’anthropologie est de la théosophie. Jusqu’au XVIe siècle, le mot, reste employé dans le sens de « théologie » ou de « philosophie ». C’est seulement au début du XVIIIe siècle  que sa signification se précise pour prendre définitivement celle qui est actuellement la sienne.

Il est malaisé de définir le sens actuel. En gros on peut dire qu’il désigne un phénomène universel qui concerne autant l’Occident que l’Orient avec notamment l’ésotérisme iranien.

La question que l’on pourrait se poser est : Y a-t-il une différence entre « ésotérisme » et « théosophie » ?

Il semble qu’actuellement il faille entendre par « ésotérisme » les trois volets d’un triptyque, chaque ésotérisme mettant selon son tempérament, plus particulièrement l’accent sur l’un ou l’autre des aspects : une vision analogique du monde (doctrine dite des correspondances) ; l’idée d’Église intérieure, ou « Eglise de connaissance » selon laquelle une tradition plus ou moins conservée a davantage d’importance que la médiation des Églises constituées, ou « Églises de croyance », et que leurs divergences dogmatiques. Enfin, troisième volet, la théosophie.

En Occident l’alchimie regroupe les trois volets de ce triptyque car le travail sur l’Esprit a pour lui la double acception, celle de sa réception au laboratoire pour le « capter » dans la matière et celle de sa réception physique à titre personnel pour en réaliser l’union avec les molécules biologiques de son propre organisme.

La réception par son propre organisme se réalise par l’ordination sacerdotale de la prêtrise et de l’épiscopat. Celui qui est ordonné par imposition des mains et de l’huile chrismale est le dernier maillon d’une longue chaîne que l’on appelle « succession  apostolique » ou succession des évêques ayant reçu l’Esprit saint (langues de feu) depuis le cénacle. Cette flamme se transmet de générations en générations depuis le Christ.

Ce feu spirituel fait évidemment partie du feu secret des alchimistes. Pour que la matière le capte encore, faut-il que le manipulateur lui-même en soit le dépositaire et le laisse s’exprimer.

Il est vrai que la théosophie comme l’alchimie confèrent à l’analogie une signification étendue aux dimensions cosmiques, et ne peut s’épanouir que libéré des contraintes dogmatiques. Telle est la position de l’Église intérieure ésotérique qui peut se concrétiser en Église constituée indépendamment des Églises dogmatiques ou exotériques. La connaissance et l’inspiration proviennent de ce feu. C’est pour cela que le Christ dit aux Apôtres : « L’esprit saint vous enseignera ».

D’autre part, il importe de distinguer soigneusement du courant Théosophique la Société de théosophie qui véhicula sous la même étiquette un programme qui est presque sans aucun rapport avec la plus profonde tradition théosophique.

La société de théosophie fut fondée par deux personnages haut en couleur : Héléna Petrovna Blavatsky (1831-1891) et le colonel Henry Steele Olcott (1832-1907).

Héléna P. Blavatsky est issue de la noblesse russe. Quant au colonel Olcott, c’est un officier supérieur de l’armée américaine qui participa à la guerre de Sécession.

Tous deux se passionnèrent pour l’occulte, et Héléna Blavatsky se disait douée de « pouvoirs paranormaux ». Elle exerça au Caire des activités de médium. Ils se rencontrèrent en 1874, alors que Olcott enquêtait sur des phénomènes spirites de matérialisation. Au Etats-Unis Ils fondèrent la Société théosophique, société secrète s’adonnant à l’occultisme. : télépathie, spiritisme… Ils prêchent une sorte de salmigondis alliant bouddhisme, théosophie et des bribes d’autres traditions religieuses.

Leur petite société pratiquement inconnue prit brusquement de l’ampleur quand le Président des États-Unis (Rutherford Hayes) les subventionna afin de découvrir les marchés commerciaux de l’Inde.

Les conférences données par le couple incitent les Hindous à s’émanciper de l’Angleterre. De ce fait, les nationalistes hindous, dont le maharadja de Bénarès subventionne la Société théosophique, ce qui permit leur introduction dans les traditions de l’Inde et donc de mettre sur pied une partie de leur enseignement accompagné d’une assise budgétaire conséquente.

En 1885 l’Anglaise Annie Besant (1847-1933), femme de pasteur, se convertit au théosophisme. Elle fait la connaissance d’Héléna et devient rapidement l’un des chefs de la société. Aux Indes, elle connaît un grand succès auprès des milieux anglais. Elle est aidée par l’américain Charles. W. Leadbeater qui devint Évêque fondateur de l’Église catholique Libérale. Il tenta de christianiser la Société de théosophie à travers un ouvrage (La science des sacrements) ou les perceptions occultes se mêlent aux offices religieux.

Il est vrai que le besoin de « christianiser » la société se fit nécessaire à la suite d’une grave erreur. En 1908, A. Besant et Leadbeater  tentent de persuader un jeune homme. Hindou qu’il est une réincarnation de Jésus.

Cette grossière tricherie, mettant en doute leur dimension spirituelle, fut à l’origine de la démission de Rudolf Steiner alors responsable de la société en Allemagne. Il fut suivi par de très nombreux membres, ce qui lui permit de fonder l’Anthroposophie.

Cette société est une société de théosophie dans le sens noble du terme. Donc, elle s’avère beaucoup plus spirituelle et ésotérique que la quasi-totalité des sociétés initiatiques. Elle permet de dégager une image du monde et de l’être d’une grande cohérence. il s'agit d'une science de l'esprit, d’une tentative d'étudier, d'éprouver et de décrire des phénomènes spirituels avec la même précision et clarté avec lesquelles la science étudie et décrit le monde physique. D’autre part, les fondements sont christocentriques. D’où l’action de  Leadbeater auprès de l’Église Libérale pour tenter d’attirer les chrétiens vers la Société de théosophie. D’où aussi une tentative similaire de la part d’Annie Besant en se faisant consacrée protectrice des Scouts de France.

À travers ce paysage de l’ésotérisme, il est bien évident que la théosophie garde sa noblesse et que des théosophes tel Rodolf Steiner alchimiste et fondateur de l’Anthroposophie méritent d’être mieux connus.

En vous remerciant pour votre attention, je vous renouvelle mon amitié.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Azurelline 11/01/2013 22:54

Cher ami,
vous connaissez la considération fraternelle, la profonde estime, et le respect admiratif que j'éprouve pour votre généreux travail...
Toutefois, je trouve très regrettable l'impression de caricature qui se dégage de cet article. Vous réduisez hélas le travail de Mme H.P Blavatsky, Mme Annie Besant, et M.Charles W Leadbeater
entr'autres... à bien peu de choses..! Eux aussi méritent le respect pour un travail considérable, désintéressé au service de leurs frères en quête de Lumière.
Azurelline

Hermophyle 12/01/2013 16:00



Bonjour chère amie,


Dès la première ligne de l'article j'ai prévenu de la brièveté de mon propos qui de ce fait n'est pas le reflet fidèle de la réalité. En bref, ce n'est pas un article de fond et de ce fait il est
criticable. Mon but était de présenter des généralités suffisantes pour ceux qui désirent approfondir le sujet et se faire une opinion personnelle.



Irène Laboi7 11/01/2013 20:12

L'Histoire de l'Art de Steiner, en 2 volumes est édité par Triades comme Steiner.

Hermophyle 11/01/2013 20:40



Merci Irène 



Irène Laboi7 11/01/2013 18:35

Et voilà!!! Nous y arrivons et Steiner a été le dernier "maître" de mon père.
Je suis justement, au cas où je doive déménager, en train de faire le tri des livres et répertorie les conférences de Steiner, les écrits et son livre sur l'Histoire de l'ART...
Mon père (oui, toujours lui), voulait créer une fondation Steiner dans la région. Il est mort en prononçant cela.
Merci, Léon. Je vous embrasse. Irène:-)

Hermophyle 11/01/2013 19:06



Chère Irène,


Oui, Steiner est un bon théosophe chrétien et je comprend votre père.


Steiner a donné plus de mille conférences qui ne manquent pas d'interet.


Les artistes unt souvent étés sensible à l'anthroposophie cr Steiner ne séparait pas la réalisation de soi avec la dimension artistique. Le livre de voutre père sur l'histoire de l'art est édité
par quelle maison ? La fondatiob Steiner c'est à vous de la créer... vous devez ça à votre père !


Amitié et bises. :-)


 



Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens