Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 08:59

 

© Blog protégé.

  Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments – publiés sur ce blog de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit – électronique, papier ou tout autres supports – sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur. Blog crée en mai 2005 par Hermophyle, tous droits réservés.

 

Bonjour, à toutes et à tous,

 

Je vous ai demandé votre opinion, dans l’article précédent, à propos d’un coup de téléphone d’un monsieur alchimiste qui m’affirmait deux choses ; la première que je me trompais, en prenant pour preuve qu’il fallait un vase et une matière, ce qui est exacte, la seconde qu’il avait réussi la pierre philosophale et que donc il avait incontestablement raison.

 

Plusieurs parmi vous m’ont répondu et dans ces réponses se trouvent plusieurs points communs contradictoires.

Le premier me dit que ce coup de téléphone devait me permettre de me remettre en cause et que ce monsieur devait être un Adepte.

Le second est que ce monsieur ne devait pas être un Adepte car aucun Adepte ne dit qu’il a réussi.

Je vous rappelle que le but de ma demande était d’établir avec vous une relation autre qu’unilatérale. Je suis heureux de constater que c’est une réussite et je remercie celles et ceux qui m’ont donné leur opinion avec cette sagesse et retenue qui manque dans beaucoup de forums.

J’ai pu savoir d’où venait ce coup de téléphone. Il provient du même individu qui a écrit un article critiquant inconsidérément mon livre sur les secrets alchimiques de Montpellier.

Cependant, vos opinions ne manquent pas d’intérêts et sont là pour me rappeler que je ne dois jamais m’imaginer que j’ai raison. Bien vu, bien retenu !

Le point le plus important est votre lucidité à propos de l’anonymat toujours respecté par ceux qui ont réussi la pierre philosophale. Le plus bel exemple est Fulcanelli. Et soyez assuré que si un jour ma main est aidée pour réussir, je ne le dirais à personne si ce n’est à quelques amis proches afin de les encourager dans leurs travaux. En attendant nous sommes tous dans la même galère. Soyons heureux d’être ensemble pour le réconfort de chacun !

 

Toutes mes amitiés et à bientôt. Merci encore pour votre courrier.

 

« Internet est la Bête, mais la Bête est bête… »

 

 

D

ans son livre La symbolique maçonnique, Jules Boucher constate que la voûte d’étoiles, peinte sur le plafond des temples, n’est pas exclusivement maçonnique :

 

« La Maçonnerie n’a pas eu l’exclusivité des voûtes étoilées ; les temples de l’antiquité ainsi que les églises en étaient décorées. » P 85, édition Dervy de 1948.

 

Après avoir cité un long passage de La Cathédrale (1928, p.329) ou Huyman n’apprécie pas la peinture des églises romanes ou gothiques, il relève (p. 24), non sans pertinence, une contradiction quand cet auteur écrit dans un élan poétique plein de vérité :

 

« La forêt tiède avait disparu avec la nuit ; les troncs d’arbres jaillissaient, vertigineux, du sol, s’élançaient d’un seul trait dans le ciel, se rejoignaient à des hauteurs démesurées, sous la voûte des nefs ; la forêt était devenue une immense basilique, fleurie de roses en feu, trouée de verrière en ignition, foisonnant de Vierges, d’Apôtres, de Patriarches et de Saints. »

 

Ce texte fait dire, avec justesse, à jules Boucher :

 

« Si l’église, la cathédrale, le temple de Dieu, est une forêt avec ses piliers, le plafond ne peut être que la voûte du ciel et alors il est immanquable que celui-ci fût figuré. » (Op. Cité. P 86)

 

Après avoir dit que le Temple représente le cosmos dans toutes les religions, il cite Luc Benoist (Manuel d’archéologie pratique de 1864, p 369) :

« Un fragment du temple de Ramsès II, conservé au musée du Caire, porte une inscription qui proclame : ‘Ce Temple est comme le ciel en toutes ses parties.’ »

 

Et à la suite de ces remarques Jules Boucher conclu à la  quiétude et à la sérénité d’esprit, et même à la méditation que provoque l’observervation du ciel. Ben ça alors, c'est facile le spiritualité ! Va faloir que j'en parle à ma concierge elle qui s'extasie davant le ciel étoilé et va consuter son astrodingue ! Oui ! c’est vrai tout ça, mais enfin il y a mieux à raconter que de dire que le ciel est le symbole de l’universalité et de la transcendance. Autant dire qu’il s’agit là de lieu commun montrant l’incompréhension (ou le refus) du fond du problème. Ainsi on jette son bonnet par dessus le moulin (c'est pas de moi ça ,je l'ai piquée à Madame de Sévigné) en négligeant ce qui est écrit dans le Temple de Ramsès II en Égypte :

 

« Ce temple est comme le ciel en toutes ses parties ».

 

Et oui, le ciel a plusieurs « parties » !

Ces parties sont mises en évidence par le Séraphin tenant l’épée flamboyante. D'où peut-il bien sortir ce Séraphin ? C'est ça la véritable interrogation inséparable de cette curieuse épée qui fait partie de l’étude symbolique de tout bon maçon qui se respecte. Bon, passons.

Et Jules Boucher donne même en note les « parties » ou  hiérarchie céleste (p.60) de Deny l’Aréopagite ou le Séraphin figure en bonne place, mais... silence radio ! Séraphin sert à rien !

Bon, assez rigolé ! faisons un petit bon en arrière…

 

Dans les articles précédents je vous ai parlé de Jeanne d’Arc pour plusieurs raison.

D’abord, montrer combien l’Église Catholique n’est pas toujours irrépréhensible dans ses faits et gestes. Mon but étant de le montrer et non de criticailler car en son sein existe d’excellents prêtres et mystiques qui méritent le respect.

Ensuite la mise en évidence de trois points importants :

 

1 – Celui de la naissance du gallicanisme moderne. Je reste persuadé de vous en avoir donné une petite idée dans l’article :

2 –   Celui de la hiérarchie céleste dont j’ai abordé précédemment l’étude de la dernière triade la plus proche des Hommes.

3 – Celui de la tradition initiatique templière que j’aborderais plus tard.

 

N’étant pas particulièrement amoureux de l’histoire qui est tellement sujette à caution quant elle est traduite par la science matérialiste, ou l’attitude sceptique de St Thomas n’est pas toujours la mieux adaptée, je n’en parlerais pas aujourd’hui. Mais j’y reviendrais cependant dans certaines circonstances.

 

Le sujet que j’aborde ici est celui du « ciel » auquel tout le monde des religions veut accéder, car il est le lieu de béatification et de bonheur ou notre vie commence un long périple après la mort. Ce « ciel » étant traduit par « les cieux » notamment dans l’oraison dominicale ou « Pater » (« Notre Père qui êtes aux cieux ») que conseille le Christ dans les évangiles et que tout catholique et protestant récite à la messe du dimanche sans se poser la question sur le sens de ces multiples cieux qui ne sont autre que les fameuses sphères célestes dont parles la tradition et dont Pythagore entendait la musique, en d’autres termes comprenait le sens.

 

Cette pluralité des cieux fut particulièrement étudiée et décrite par Denys l’Aréopagite (cité dans les Actes des apôtres : XVII, 34) dans son livre Hiérarchie céleste qui traduit ce qui est dit dans l’Ancien testament (Partie de la Bible la plus ancienne qui précède les Évangiles, les actes des apôtres les épîtres et l’Apocalypse, que l’on appelle Nouveau testament) et que l’on trouve également dans les épîtres (lettres) de saint Paul.

 

Cette conception des cieux hiérarchisés fut donc élaborée dès la naissance du christianisme en héritage de l’enseignement oral du Christ et des plus anciennes traditions, car le ciel reste immuable au fil des millénaires et quel que soit le lieu géographique ou la planète habitée, ce qui lui donne une valeur mystique essentielle. Telle est la pierre de fondation de toute vie et de l’humanité entière.

 

Disons en passant, et sans état d'âme, que l’œcuménisme actuel avec ses palabres est une triste mascarade.

 

Denys deviendra le plus fidèle disciple de saint Paul. Ce dernier lui confiera le soin d'ouvrir une école ésotérique à Athènes. L'endroit formera, pendant plus d'une dizaine de siècles, nombre d'élèves qui seront appelés au titre de conseillers particuliers auprès des papes, empereurs et rois aux quatre coins de l'Europe.

 

C'est ainsi que Jules II (pape de 1503 à 1513), pape érudit, astrologue et grand bâtisseur de la cité actuelle du Vatican, passera commande à Raphaël de la célèbre fresque représentant l'école ésotérique d'Athènes, visible de nos jours aux appartements du Vatican dans la chambre dite "de la Signature".

 

Deny, admet implicitement que la théologie (la science de Dieu) débouche, non pas sur les spéculations imbuvables de nos actuels philosophes intellos, que vomissaient saint Bernard et saint François d’Assise, mais sur le silence. Ce silence correspond à l'hésychasme de la mystique orthodoxe, qui permet une métanoїa, c'est-à-dire un changement de la pensée. La conséquence (progressives) qui en résulte est la négation de tout ce qui est (le monde des apparences et des phénomènes) débouchant sur un détachement qui annihile tout conditionnements et permet d’acquérir un regard neuf et lucide sur le monde. Cela évidemment n’est pas pour plaire à la quasi-totalité des institutions qu’elles soient religieuses ou politiques. Actuellement, pratiquer une philosophie de la liberté devient séditieux. Donc le mystique est seul en ce monde, mais en communion avec l’univers… Restons lucide : il y a un prix à payer pour tout !

 

Les trois hiérarchies célestes

 

1- Séraphins,

2- Chérubins

3- Trônes

 

4- Dominations

5- Vertus

6- Puissances

 

7- Archées

8- Archanges

9- Anges

………………………..

10 – Humains

11 – Animaux

12 –Végétaux.

………………………..

13 Minéraux

Se fondant sur les témoignages des prophètes sur les natures angéliques, Denys expose comment l’Écriture dépeint les pures intelligences sous des images matérielles.

« Car Goûter un peu de miel vaut mieux que de raisonner longuement pour en comprendre la douceur : de même c’est par l’expérience que l’on est initié à la fréquentation des hiérarchies angéliques ou à la théologie mystique, qui est une connaissance savoureuse de Dieu. »

C’est ce qu’enseigne saint Denys, quand il dit de Hiérothée qu’il connaissait les choses divines non seulement par l’enseignement des apôtres, mais aussi par ce qu’il en avait expérimenté. Il écrit :

« La théologie mystique est la science expérimentale des choses divines. »

Denys est un disciple de Paul et un ami de Jean qui fut présent aux funérailles de la Vierge Marie. D’après la tradition, Denys et le premier évêque de Paris sont un seul et même homme :

 

« Paul étant venu à Athènes, Denys se convertit. Paul le baptisa et l’institua évêque d’Athènes successeur de Hiérothée. Plus tard, Denys reçut du pape Clément la mission d’aller prêcher l’Évangile en Gaule et pénétra jusqu’à Lutèce, ville de Parisis. Après plusieurs arrestations et supplices, il sera décapité, en compagnie du prêtre Rustique et du diacre Éleuthère, sous l’empereur Domitien et le préfet Fescinnius, le jour des nones d’octobre, l’an 96, sur la colline de Montmartre (Mons Martyrorum), et enseveli à Saint-Denis. ».

 

Cela permet de comprendre pourquoi cette église de Reims fut choisie pour le sacre des rois de France et où reposent leurs dépouilles. Rien ne saurait remplacer ce lieu sacré où se manifestent les hiérarchies à travers les reliques de St Deny.

 

À partir de cette hiérarchie céleste l’Église constitua progressivement la hiérarchie ecclésiastique (hiérarchie d'ordre ou d'ordinations qu'il ne faut pas confondre avec la hiérarchie de juridiction: Chanoine, vicaire épiscopal, cardinal, patriarche, pape), obéissant en cela à la loi universelle d’hermès :

 

« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. »

 

Les ordres ecclésiastiques se répartissaient en neuf degrés avant 1968 :

 

Clerc, Portier, lecteur, exorciste, acolyte, sous-diacre, diacre, prêtre et évêque.

 

C’était à l’image des neuf hiérarchies célestes. Remarquons qu’actuellement des ordres furent supprimés et la hiérarchie ecclésiastique est ainsi en disharmonie avec la hiérarchie céleste. Le résultat ne peut que conduire à la progressive disparition de l’église car en haut elle n’est pas reconnue… Le ciel ne peut attendre les hommes ignorants, infatués ou matérialistes, qui ne veulent plus voir  le plan spirituel et le déforme en fonction de leur idéologie religieuse.

 

D’autre part, la maçonnerie ne saurait subsister sans revenir à une hiérarchie de neuf niveaux. L’actuelle pléthore de grades dont certains existent seulement sous forme de numéros montre là aussi une disharmonie avec le monde spirituel, ce qui donne les excès à l’origine de sa réputation sulfureuse et qui perdureras tant que perdureras l’aveuglement devant l’épée flamboyante des chérubins qui chassèrent l’homme du paradis et qui ne sont pas près, dans ces conditions, de lui ouvrir le passage pour le réintégrer.

 

Les initiations antiques parlent de trois jours durant lesquels l’initié faisait un séjour dans l’inconnaissable comme le laisse supposer la chambre du roi de la grande pyramide d’Égypte. Ce séjour avait pour rôle essentiel de préparer l’initié à son voyage après la mort où il rencontre les hiérarchies et reçoit de leur part une formation pour leur vie future et leur évolution en général. Ce voyage est présent dans beaucoup de textes sacrés des différentes civilisations.

 

Une loi très ancienne dit que pour reconnaître les hiérarchies il faut savoir qu’elles existent, car dans le cas contraire elles ne se font pas reconnaître. C'est à l'homme d'ouvrir les yeux ! N'étant pas reconnue, aucun enseignement ne nous est dispensé et nous revenons à la vie en ayant avancé d'un cheveux ! Si tourner en rond vous intéresse alors, vous avez frappé à la bonne porte.

 

L’ignorance, tout comme le matérialisme nous met un bandeau sur les yeux et nous ne profitons d’aucune lumière.

C’est pourquoi la dernière planche du livre d’alchimie sans paroles ou mutus liber montre l’adepte qui s’élève dans les cieux les yeux ouverts, clairvoyant.

Que dire de plus ?

La balle est dans votre camp !

 

Quant aux alchimistes ils ne peuvent ignorer l’action des élémentaux et des anges qui au moment opportun mettent leur main dans leur main pour que s’accomplisse le miracle de la Pierre philosophale. Ignorer cela est beaucoup plus grave que de faire des erreurs au laboratoire. Plus grave car irrémédiable, alors que les erreurs au laboratoire peuvent être corrigées si un ange vous parle à l’oreille. Que puis-je vous souhaiter de mieux que d’être pur afin que vous puissiez purifier l’impur ?

 

À bientôt.

 

Saint Hiérothée était avec Denys l'Arèopagite l'un des neuf membres de l'Aréopage. Lorsque Saint Paul vint prêcher à Athènes, ils furent parmi les seuls qui se convertirent. Au départ de l'Apôtre, Hièrothée devint le premier Évêque d'Athènes et se chargea d'initier Denys aux Mystères que Dieu et le Christ avaient accordés à son intelligence de contempler la céleste hiérarchie. Lui aussi fut emporté sur les nuées avec les Apôtres pour assister aux funérailles de la Mère du Christ. Denys fut son successeur et devint le premier évêque de Paris.

Clément Ier fut patriarche Latin de Rome (et non pape car ce rôle et cette appellation autoproclamée n’existaient pas encore) de 88 à 97. Il fut ordonné par St Pierre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Van de Leur Thierry 13/05/2013 11:55

http://parisis-code.skyrock.com/3161386304-MARGARET-THATCHER-ET-L-ETOILE-DE-ST-PAUL-CATHEDRAL.html
Thatcher et sa cérémonie sous la voûte et... sur l'étoile. Un rite franc-maçon ?

Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens