Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 18:41

 

j’écrit cette note à la demande de certains de mes correspondants intéressés par le comportement étrange de Béranger Saunière le curé milliardaire de Rennes le Château qui vivait au XIXe siècle.

Sans vouloir donner une réponse exhaustive à leur questionnement j’espère que ces lignes leur permettront d’avancer dans leur recherche.


 La liturgie la plus ancienne, celle des mérovingiens, était la liturgie gallicane ancienne à ne pas confondre avec celle qui se pratique de nos jours dans les Églises qui se nomment (à mauvais escient) Église Gallicane ou Église des Gaules. Leur « tradition » remonte à Bossuet et au plus tôt à la Pagmatique sanction de Bourges de Charles VII.

La liturgie gallicane, très chargée en symbolisme alchimique, est le rite occidental le plus ancien, il est différent du rite catholique romain.

N’en déplaise au cercle zététique qui suce le biberon de l’ancienne union des rationalistes, et aussi à ceux qui voient des légendes à tout ce que l’on peut raconter, il provient de l’Église crée par les apôtres qui débarquèrent aux Saintes-Maries-de-la-Mer. C’est l’Église de Sainte Marie-Madeleine de sainte Marthe et celle de saint Lazare qui fut le premier évêque de Marseille. Elle rayonna à partir des reliques de sainte Anne amenées par les apôtres en la ville d’Apt et découvertes par Charlemagne en 801. C’est autour de ces reliques les plus vénérables de la chrétienté (la grand-mère du Christ est plus vénérable que saint Pierre) que s’édifia la « Rome » véritable qui fut ensuite copiée par le Vatican en des proportions grandioses.

Telle est la raison pour laquelle ce rite est apparenté de près au rite mozarabe d'Espagne et au rite ambroisien de Milan, il a été celui de l'église de Paris avant le VIe siècle. On le retrouve plus tard dans le rite romain qui le supplanta et le transforma et voulu le faire oublier. Certaines parties sont restées inchangées dans les cérémonies d’ordination avant 1968, car dans ce cas il s’agissait de ne pas se couper de la tradition apostolique pour ordonner d’une manière valide les évêques et prêtres.

Je signale en passant que ce rite des origines n’est plus respecté de nos jours et que de ce fait les évêques et prêtres ne sont plus réellement ordonnés et les cérémonies qu’ils célèbrent sont invalides. Les hosties ne sont pas consacrées et la communion des fidèles est nulle et non avenue ! C’est aussi l’opinion de l’Église traditionaliste et de certaines Églises Orthodoxes. L’Église Catholique actuelle est quasiment l’Église protestante des Luthériens qui célèbrent l’impanation car le pain de l’hostie reste le pain, fruit du travail des hommes, que le prêtre n’a plus le pouvoir de sacraliser, de « transmuter ». Il n’en a plus le pouvoir car la chaîne d’or qui le reliait aux apôtres, et donc aux langues de feu du cénacle, a été rompu à l’occasion de transformations insensées du concile Vatican II.

D’inspiration orientale ce rite fut introduit en Gaule par les Sainte Maries de la Mer tout imprégnée des textes alchimiques d’Alexandrie puis s’étendit jusqu’à Milan et  au Nord de l'Italie, en Espagne, en Bretagne et en Irlande ou c’est l’Église celtique. On trouve même l'usage du rite gallican dans la région du Danube, au Sud-ouest de la Transylvanie, où le sang du légendaire Dracula n’est autre que la quintessence alchimique.

Malheureusement Pépin le bref défenseur du pape abolit la liturgie gallicane et Charlemagne couronné par le pape imposa le rite romain pour « renvoyer l’ascenseur » au souverain pontife.

Avant 1968 certains prêtres catholiques le pratiquaient marginalement et presque secrètement à l’abri des monastères. C’est ainsi que certains missionnaires le diffusèrent jusqu’au Québec, en Afrique et aux Antilles sous le vocable de sainte Anne.

Les sources de nos connaissances sur la liturgie gallicane sont formées par ce qu'on a appelé les Lettres de saint Germain de Paris, conservées à la Bibliothèque Municipale d'Autun sous le titre d'Expositio brevis antiquae liturgiae Gallicanae.

Si je parle de la liturgie de l’abbé Saunière, liturgie qu’il prêchait à la fin de sa vie prématurée car « le moment n’était pas venu » c’est que ce prêtre les avait découvertes à Narbonne, – ou il fut exilé un temps de sa cure de Rennes le Château, – dans les archives de l’archevêché ou elles se trouvent encore, surtout les textes mozarabes directement issues de la pure liturgie gallicane des mérovingiens. Par ailleurs ses voyages à Paris laissent supposer une visite fructueuse a la bibliothèque d’Autun.

Voilà, j’espère que ces quelques lignes vont orienter les chercheurs pour approfondir les raisons cachées de l’attitude de Béranger Saunière enfant terrible de l’Église malheureusement en avance sur son temps. Elle explique aussi l’attitude de l’Église désireuse de connaître les secrets de ce prêtre récalcitrant qui la gêne aux entournures. Et l’on comprend aisément que de pareille découverte aient pu changer la vie de Béranger au point de charger de symbole ésotérique son église et d’avoir une attitude irrévérencieuse envers ses supérieurs. N’en doutez pas, Béranger Saunière a encore bien des mystères dans son escarcelle. Je dois vous avouer que cet homme m’amuse beaucoup !

Bonne journée et à bientôt.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain B. 13/12/2010 15:52


Bonjour monsieur,
Vous ayant déjà exprimé que vos écrit ont renversés mes regards sur la "religion" celle même à laquelle j'adhèrais voilà pas si longtemps(évangélique), non que je la rejette, car elle m'a permit
d'augmenter ma connaissance du Christ,voilà que je suis allé faire une retraite dans un monastère à l'abbaye St-Benoît-du-lac(Bénédictin,chant grégorien,etc..), ce fut pour moi un exercise de
reconciliation, ayant en tête les quelques révélations qui me fut donné en lisant vos articles
j'ai bien profité de ce moment de silence et d'ouverture d'esprit de ma part tout en investigant par curiosité si il n'y aurait pas quelques symboles alchimique rapporté à St-Benoît.
La voie dans laquelle j'avance présentement est assez flou parcontre je dois vous avouer qu'elle fait du sens quand même et que je progresse, lentement mais surement.
Je vous souhaite de beaux moments en ce temps des fêtes ainsi qu'à tout vos lecteurs et lectrices.


Alain B.


Hermophyle 14/12/2010 09:02



Bonjour, cher Monsieur.


Mais oui, une religion permet d’avancer, à ce titre elle est irremplaçable. Cependant pour des chercheurs elle s’avère parfois insuffisante et son contenu pressuré ne permet plus d’étancher la
soif, notre soif de nous approcher de la Réalité du monde hors des gardes fous « sécuritaires » de structures rigides et conditionnant nécessaires pour certains.


Votre retraite dans un monastère bénédictin n’a pu être que salutaire en vous réconciliant avec la nature, et le silence si précieux dans la connaissance de soi et du monde. On peut être à
l’écoute de ce qui bouge dans une eau tranquille. Ainsi peut-on capter toute une vie insaisissable lorsque dans nos actions notre pensée est en perpétuelle effervescence.


Vous avez compris que la progression est une lente maturation. Accepter cela est la sagesse elle-même, car beaucoup de chercheurs de lumières sont pressés et finissent pas se brûler les ailles
oubliant que la patience et le pilier interne de toutes les vertus théologales.


Merci pour vos souhaits de bonnes fêtes. Recevez les miens en vous souhaitant plus particulièrement un Noël lumineux dans le Christ.


L. G.



P.G. 10/12/2010 16:34


Si je suis abonné a la newletter c'est que je suis intéressé
vous le savez puisque c'est depuis quelques temps maintenant
et que nous avons déja été en contacte
Votre érudition et votre talent d'écriture me ravissent toujours !!
Cordialement
Le G.


Hermophyle 10/12/2010 17:50



Désolé de ne pas vous avoir reconnus. Il est vrai qu’actuellement je suis absorbé par divers préparatifs.


Vous me faites rougir avec vos compliments !
Mais que diable je ne vais pas vous le reprocher…


Vous savez que je suis toujours et de tout cœur avec ceux qui me lisent et vous en faites partie.


En toute amitié



P.G. 10/12/2010 10:25


Pas de probleme !
Je répond avec plaisir
de haut en bas quinté, limon ,capute
Soit on arrete la , soit on continue (corbeau a deux tetes)
Je suis bien opératif !
Dans le cas d'un autre échange ,la prudence serais peut etre
qu'il soit privé ?
cordialement


Hermophyle 10/12/2010 16:10



Bonsoir,


Je ne sais en effet si la prudence n’est pas de mise.


Vous avez le mot « contact » en haut et à gauche de mon blog.


Les messages seront privés.


Pour la hiérarchie du haut vers le bas : quinté, limon, capute, nous sommes d’accords.


Je ne demande jamais rien, non pas parce que j’estime tout avoir ou tout savoir mais parce que celui qui me fait face doit agir en toute liberté.


D’autre part ce que font les autres m’intéresse, mais j’accepte paisiblement que je puisse ne pas les intéresser. Telle est ma philosophie et je dois reconnaître que jusqu’à présent Dieu, où ce
qui en tient lieu a été très, très généreux.


Cordialement.



P.G. 10/12/2010 09:21


bonjour
AH!!! j'ai fait une erreur
il faut lire:si vous avez le sang du dragon vous avez AUSSI ! la
médecine du 1er ordre .
la quintessence n'est pas la médecine c'est le limon !!
bien cordialement
Le G.


Hermophyle 10/12/2010 10:10



Bonjour,


 


Mais nous sommes toujours d’accord !


Quant on a le sang du dragon on aussi et par la même occasion la médecine du 1er ordre.


N’y aurait-il pas un problème de terminologie ?


C’est probablement ce qui brouille les cartes sur le sens de la


quintessence. Est-elle en haut ou est-elle en bas ?


Ne croyez surtout pas que je cherche absolument à avoir raison…


C’est une attitude d’esprit qui m’est étrangère.


Je cherche seulement à ne pas me départir de la logique…


En tout cas merci pour vos remarques.


Bien cordialement.


 


L. G.



P.G. 09/12/2010 07:09


BONJOUR HERMOPHYLE
ma formation !!!
sang de Dracula = sang du dragon !
si vous avez le sang du dragon vous avez la medecine du 1er ordre
si vous ne coupez pas la tete au C. vous allez vers la T. d'O.
si vous avez la patience de confectionner la T.,vous pourrez réaliser
la P. au R. et au B.
PARLONS NOUS LA MEME LANGUE ?
cordialement
L.G.


Hermophyle 09/12/2010 08:01



Bonjour,


 


Mon indiscrétion ne va pas jusqu’à vous interroger sur votre formation. C’est moi-même qui m’interroge ! Comme vous m’en parlez… Je serais bref en disant que nous sommes d’accord sur
l’égalité : sang de Dracula = sang du dragon ou médecine du premier ordre selon le procédé de Neper l’inventeur des logarithmes.


Donc nous parlons apparemment la même langue.


Cordialement.


 


Hermophyle.



Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens