Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 17:53

 

Brennac a bien des secrets a livrer surtout lorsqu’on lève la tête pour regarder le plafond… attention à la marche !

Il faut dire qu’il est orné d’une véritable BD alchimique à l’usage de ceux qui firent leur promesse de silence dans la chapelle initiatique.

RENNES LE CHÂTEAU : LA CHAPELLE INITIATIQUE DE BRENNAC

 

J’ai déjà parlé des trois croix de Brennac, RENNES LE CHÂTEAU : LES 3 CROIX DE BRENAC maintenant je vais tenter de vous expliquer le sens alchimique des deux vaisseaux qui sont peints sur ce plafond digne d’entrer dans les annales alchimiques à l’instar des plus illustres demeures philosophales tel le palais de Jacques Cœur à Bourges ou l’hôtel Lallemant.

Non seulement nous trouvons là des messages dignes des adeptes les plus chevronnés, mais en plus se tisse en ce lieu l’histoire « trésauraire » la plus énigmatique du monde (faut pas lésiner sur la pub on est cocardier ou on ne l’est pas !) : celle du curé « milliardaire » de Rennes le Château.

En ce lieu il y a autant de quoi rêver qu’œuvrer.

Aussi j’aurais été le pire des goujats de ne pas vous faire partager mon éblouissement devant cette suite d’images aussi parlante et colorée que Koko mon perroquet des iles.

 
 

Le sens de vaisseau, qui est actuellement vieilli, mais qui ne l’était pas encore au début du XIXe siècle est celui de récipient, de contenant, d’où est venu le mot vaisselle (nettoyage des vaisseaux) qui lui est bien actuel, les plongeurs en savaient quelque chose avant que la machine ne vienne les remplacer.

Le vaisseau représenté par un bateau peut désigner un quelconque récipient comme un ballon de verre ou une coupe.

Sur le plafond de l’église de Brennac nous avons la représentation de deux vaisseaux qui ont un sens bien particulier pour l’alchimie qui nécessite l’emploie de vaisseaux de verre.

 

brénac02Le vaisseau de Pierre ou de la pierre.

Photo Christian Attard http://www.reinedumidi.com/rdm/brenac3.htm

 

Nous avons là le vaisseau, la barque de Pierre ou de la pierre, c’est-à-dire un récipient contenant la pierre... philosophale.

Dans ce cas l’allusion est sans ambiguïté : l’adepte concepteur de ces images a suivi la voie humide, la voie maritime car en mer l’eau est salée désignant par là le sel alchimique (qui n’est pas le chlorure de sodium) nécessaire à la fabrication de la pierre philosophale.

Le vaisseau qui porte Pierre est évidemment le vaisseau qui porte la pierre des alchimiste, fort bien représenté sur la fontaine de vert bois des Arts et métier à Paris. En d’autres termes nous sommes en présence du saint « vaissel » de l’œuvre qui véhicule la future pierre philosophale. Ici Pierre est autant le premier nautonier de l’Église Universelle (qui n’est pas l’Église catholique actuelle) que la pierre dans son vaisseau. L’œuvre de Pierre a donc le double sens d’apostolat et de labeur au laboratoire. Cela rejoint d’ailleurs le substrat de la devise des alchimistes :

 

laboratoire et oratoire.

 

Nous pouvons croire sans hésiter que l’alchimie occidentale est inséparable du christianisme primitif, du christianisme devenu ésotérique suite aux dérives considérables des l’Églises. Par ailleurs l’épiscopat, qui fut celui de Pierre, doit être aussi celui d’un Adepte. En d’autres termes l’Adepte doit recevoir la flamme de feu qui se posa, dans le cénacle sur la tête des apôtres, et donc sur celle de Pierre.

Cette réception est aussi bien l’éveil d’une puissante inspiration que le don des langues ou tout autre don susceptible de mieux comprendre l’univers et les hommes.

 

fontaine-vertbois-pierre-philosophale

Photo de la fontaine de Vert Bois du Conservatoire des Ars et Métiers. d’après le blog Archer http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-32351596.html

 

Fulcanelli, en ses demeures philosophales commente la particularité de ce vaisseau portant la Pierre aux portes du Conservatoire National des Arts et Métiers.


« Certes, on pourrait mettre en doute la justesse de notre observation, et là où nous reconnaissons une pierre énorme, arrimée au bâtiment avec lequel elle fait corps, ne remarquer qu'un ballot ordinaire de quelconque marchandise. » p 43, éditions 1964, J.J. Pauvert.


Cette pierre est donc elle aussi celle de l'Œuvre. Fulcanelli poursuit:


« D'avantage, le vaisseau, vu de l'arrière, paraît s'éloigner du spectateur et montre que son déplacement est assuré par la voile d'artimon, à l'exclusion des autres...Or, les cabalistes écrivent artimon  et prononcent antémon ou antimon, vocable derrière lequel ils cachent le nom du sujet des sages. » P 44 éditions 1964, J.J. Pauvert.

 

Je ne saurais trop mettre en garde le lecteur dans sa compréhension du mot « antimoine » à partir « d’antimon »

Fulcanelli, dans sa vaste charité, indique le chemin à suivre dans l’ouvrage précédemment cité :

 

« Nous serions certainement du même avis, si nous ignorions qu’il n’entrait pas la moindre molécule de stibine dans le plathalmon des Grecs (sulfure de mercure sublimé) » p 399.

 

La stibine, ou minerais d’antimoine, n’est donc pas le sujet de l’art des alchimistes.

 

L’image de Brénac représente un vaisseau à voile carrée, fixée sur une vergue horizontale. C’est la plus ancienne voilure d’Europe qui fut utilisé dès l’antiquité dans la Baltique et la Méditerranée, en accord avec la période apostolique.

 

Mais l’essentiel est de rester attentif au fait que l’un des anagrammes de voile est olive, ce qui nous oriente vers un vaisseau d’une autre nature qui porte une olive ou œuf sur le bord.


bre01

Le saint vaissel recevant l'eau de vie.

Photo de Christian Attard http://www.reinedumidi.com/rdm/brenac3.htm
.

 

Ce calice, dépourvu de nœud à son pied est une erreur inadmissible de la part d'un ecclésiastique. Le noeud est un renflement, généralement spérique, situé à égale distance du bas de la coupe et du bas du pied. Il facilite la tenue en main lors de l'office. Cette absence est donc voulue et ne soyont pas surpris si la phonétique met en évidence la lettre N et son envers comme on la trouve sur la tombe de Béranger Saunière.

Le calice, cette coupe, semble représenter celui du prêtre disant la messe qui contient le vin eucharistique. Il n’en est rien car la réalité est tout autre puisque le triangle rayonnant au dessus du vase est pourvu d’une tige verticale qui descend vers le récipient à partir du milieu de sa base. Dans la nomenclature alchimique cette figure désigne l’eau-de-vie (et non le vin).

Cette particularité rapproche cette coupe du Graal.

Ce vaisseau est donc un vaisseau alchimique qui reçoit l’eau-de-vie ou sel liquide des sages. Quant au cercle qui semble symboliser une auréole ou une hostie, c’est en réalité la panse d’un ballon de verre contenant les trois corps, ou œuf des philosophes, animés par l’eau-de-vie.

J’oubliais, pour voir comment le ballon, contenant les 3 corps et l’eau-de-vie, est suggéré il faut regarder l’image à l’envers. Le pied de la coupe symbolise alors le goulot.

 

Voilà, j’en ai fini avec les deux vaisseaux de Brenac qui ont jeté l’ancre en ce lieu comme l’indique ce plafond aussi bavard qu’une pipelette.

 

Je finirais un jour par tout vous raconter, mais laissez-moi d’abord respirer le bon air du printemps afin d’aller me promener avec vous dans ces lieux qui n’on rien a envier à ceux qui virent se dérouler la saga du roi Arthur. Au fait, ce sont peut-être les mêmes… allez savoir ! Dans les fermes du Razès on dit que le foin trop remué n’est pas le meilleur pour nourrir la bête !

 

Je vous dis à la prochaine et je plonge dans le foin.

 

Amitiés printanières !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Montel 09/12/2014 13:37

Vessel est le trait d'union propose par boudet entre la charge du navire en tonneaux et le Saint Vessel pour le Graal. Je m'accorde à vos propos, je ne peux par contre vous suivre pour Marie Madeleine, elle n'a pas de rapport au Graal qui est un crâne et non une coupe, qui débarque en 1301 à Marseille de Chypre. Pour comprendre tout cela on ne peut éviter Boudet.
Vous êtes dans la réalité pour crâne qui est le Graal. Amities

Montel 04/02/2014 13:30

Oui vous visez très bien le Saint vaissel de l'abbé Boudet des bateaux de Tharsis. Au sens symbolique, le Gaal traversait la méditerranée et arriva à Marseille en 1301. Ce sens du contenant connu sous lenom de Saint vaissel cache le contenu un objet détourné vers le pouvoir de posséder,le sens symbolique originel fut transformé complètement. C'est le secret de Rennes, un graal qui existe sur par sa lumière interne. Le Sauveur, une relique ....

Hermophyle 04/02/2014 18:50

Merci Montel.

Muriel 29/04/2012 23:35

Vos histoires de vaisseaux m'ont fait penser à ceux suspendus en l'air dans la chapelle de la Vierge Noire à Rocamadour et les deux autres conservés en vitrine :)
http://cathoweb.org/IMG/jpg/rocamadour_7.jpg

Hermophyle 30/04/2012 09:50



Mai oui Muriel, c'est tout à fait ça.


Fulcanelli dit bien que le vaisseau se confond avec la vaiselle


nécessaire pour enfermer la matière qui prend, comme la vierge, la couleur noire.



helium 12/04/2011 22:02


Toute ma gratitude!


Hermophyle 13/04/2011 19:17



Merci pour ce message gentil !



Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens