Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 10:09

bre04

Un jour le ciel de tout noir qu’il était se mit à scintiller d’étoiles, c’était à l’aube de la création du monde.

Chacune de ces milliards d’étoiles avait un nom et une destinée.  C’est pourquoi, dès le commencement du temps les étoiles se mirent à dessiner un bœuf et un âne entourant une mystérieuse  nativité.

Les hommes aimaient les regarder car elle glissait leurs lumières dans leurs cœurs et faisait naître amour et bonté.

Et puis un jour vint le marqueting, la TV et l’ordinateur et les hommes eurent trop à faire pour admirer le cœur des étoiles dont la lueur bienfaisante ne pouvait plus pénétrer la lueur aveuglante des villes. Leur coeur s'abscurcit et devint si dur qu'l apprit le désamour.

Dieu s’offusqua de cette légèreté,  de ces hommes qui un jour avaient vécu quand les étoiles et les animaux parlaient. Il décida de punir l’humanité.

Désormais, à chaque jour qui passait, une centaine d’étoiles s’éteindraient, et avec elles, l’espoir d’une naissance humaine, si les hommes poursuivaient sur la voie de l’indifférence.

Plusieurs centaines d’années passèrent sans que personne ne remarque rien. Il y avait tellement d’étoiles que nul ne pouvait rien deviner du dessein divin. Lorsqu’il ne resta plus que cent de ces astres, Dieu ne les fit s’éteindre qu’une par une… mais aucun être humain ne s’aperçut de rien. Pourtant, la terre s’était considérablement dépeuplée… et à présent, il n’y avait plus un seul cri d’enfants depuis fort longtemps.

Ce n’est que le 21 décembre prévu pour la fin du monde, qu’un vieillard, las de la vie, leva les yeux au ciel pour se plaindre à Dieu d’être trop vieux… C’était le premier être humain à s’être enfin arrêté pour contempler le ciel après des milliers d’années d’indifférence…

Subjugué, il vit alors les trois étoiles danser une ronde folle, changeant de couleurs à tout instant. À elles trois, elles réussissaient à peupler le ciel d’une infinité de diamants lumineux. Cette nuit-là, les quelques vieillards qui peuplaient encore la planète contemplèrent la danse des étoiles et aucun d’eux ne s’endormit. Lorsque enfin elles se calmèrent, elles se rassemblèrent, se soudant l’une à l’autre, et montrèrent le chemin du premier enfant des étoiles. C’était à Bugarach, dans une crèche, entre un bœuf et un âne. Que dis-je beaucoup d’ânes !

 

Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 12:03

                 PICT0159

 

Depuis six ans environ la célébrité de Rennes le Château n’a cessé de grandir, notamment à la suite de la publication du livre Da Vinci Code qui est devenu un bestseller ayant passionné le monde entier même si l’exactitude des faits, rapportés dans l’ouvrage, prêtent à caution. L’auteur a su éveiller la fibre du merveilleux à un tel degré qu’un film fut réalisé alimentant le désir d’en savoir un peu plus chez les amateurs de mystères et les chercheurs de trésor ! Le film qui a suivi n’a fait qu’amplifier le phénomène même s’il a parfois déçu. Tout cela a provoqué une certaine ébullition de la sphère imaginaire paralysant les raisonnements les plus élémentaires…

J’ai rencontré une jeune femme qui m’a dit s’être rendus sur les lieux avec une pelle et qu’elle était déçue car elle n’a rien trouvé ! Finalement, en ce lieu, on parle tellement de l’or d’un trésor que certains s’imagine qu’il suffit de se baisser pour ramasser des lingots ! Mais où est donc le raisonnable ? Nous ne pouvons que constater que l’appât de l’or a bien le don de détruire l’humanité en nous. Non seulement il nous rend bête mais en plus il nous rend méchant. J’ai connu un chercheur de trésor qui ne se déplaçait jamais sans son fusil !

La déferlante de passion inspira nos écrivains. Aussi les romanciers français saisirent l’occasion. Le dernier cru mad in France est L’héritière de l’abbé Saunière de Jean-Michel  Thibaux et Martine Alix Coppier. 

Mais là ne s’arrête pas l’expansion véritablement exponentielle de cette sorte d’exaltation qui s’empare des femmes et des hommes attirés par cet endroit. Ainsi des baba cool promènent leur étrangetés non loin de là dans le village de Rennes les Bains et ils ont fini par trouver un lieu de ralliement, tout à côté, au pied du pic de Bugarach où quelque allumés ou chanel médiumniques, fan du calendrier Maya, ont décrétés que ce serait le seul endroit épargné par la fin du monde et pas ailleurs !  Nous serions actuellement dans un cycle que les Indiens d'Amérique centrale ont appelé le « Cinquième Soleil ». Sa fin surviendrait le 21 décembre 2012, juste avant le coucher du soleil.

Sous l’égide d’un auteur au pseudo de Jean d'Argoun il est de notoriété publique qu’une cavité au sein du pic de Bugarach abrite depuis 9 000 ans un vaisseau spatial, renfermant en son sein tout le savoir des Atlantes, le peuple disparu de l'Atlantide… Il n'en fallait pas plus pour que certains imaginent la fin du monde certaine en ce lieu et à cette date. Pénétrés d'études ufologiques, d’autres y viennent, persuadés que le pic est un garage à ovni. Si vous dites que personne n'a jamais vu un seul de ces engins on vous rétorquera que c'est normal en raison de leur vitesse !

Vous ne me croirais pas si je vous dis qu’autant en Europe qu’en Chine ou aux Amériques et au Japon, tout le monde connait ce village de 200 habitants. La fin du monde est donc, prévue le 21 décembre 2012 (pourquoi pas le 12/12/2012) comme la date approche il faut se presser d’acheter une place pour pouvoir embarquer sur le vaisseau spatial qui va venir récupérer le bon grain de l’humanité tandis que les autre, l’ivraie des indignes, c’est-à-dire vous et moi, crèveront comme des mouches ! La sélection naturelle, quoi, en fonction du degré d’illumination et de l’épaisseur du portefeuille ! Et attention, on vend maintenant sur internet les caillasses de Bugarach en pendentif certifié par huissier, à des prix astronomique. Jugez-en : le kilo de cette pierre « précieuse » authentifiée est de 1500 euros ! Mais il y a plus et c’est normal puisque la folie n’admet pas de limites.Le village dispose maintenant, même si personne ne les à jamais vues, de 10 places dans un "bunker VIP" avec 5 ans d'autonomie alimentaire pourvu, s’il vous plait, d’un téléviseur. Le tout pour la modique somme de 35.000 euros seulement et cette annonce, figurant sur Internet, est réservée à des "personnes sérieuses" ! ! !

Attention, à l’ombre du pic on ne connait pas les soldes ! Oui, dans le Razès l’or pousse partout comme l’herbe folle !

Pouvons-nous nous attendre à l’arrivée de la « famille » Sicilienne ou de la mafia Russe ? Dans ce cas nous aurons de l’espace car les trottoirs naitrons ou s’élargiront pour recevoir des demoiselles de petite vertu et nos baba cool ne manqueront plus de pétard. Heureusement que monsieur le maire a décidé de se mettre sous la  protection de l’armée (sic). Mais déjà les seconds couteaux du rapport parlementaire des sectes sont très officiellement à l’œuvre pour « secouer le marronnier ».

En observant le phénomène de Sirius (ou d’une autre étoile !) on a l’impression que la folie des zozos de Rennes le Château a explosés pour se répendre, comme une coulée de lave, dans un village proche par manque de place et par besoin d’oxygène.

Le lien avec l’histoire de Rennes le Château est incontestable puisque nombreux sont les visiteurs qui viennent pour tenter de localiser le trésor de l’abbé Saunière. Nous sommes en pleine diversification des objectifs ou l’aliénation guette à tous les tournants.

Les groupes de chercheurs qui se forment à Rennes le Château commencent aussi à se trouver à l’étroit à force de ressasser le même sujet. Aussi assistons-nous à une diversification vers l’étude des mystères et même de l’alchimie où la chasse aux spécialistes s’effectue dans les réseaux sociaux. Puisque l’on ne trouve pas l’or, essayons donc d’en faire !

Il est vrai que les chercheurs on mit longtemps à découvrir la dimension alchimique de cette histoire. Si Richard  Khaitzine s’efforce depuis de nombreuses années de faire passer le message, ce n’est que maintenant que les consciences semblent s’éveiller à cette évidence. Je souhaite de tout cœur que cette tentative ne reste lettre morte et surtout ne finisse pas, comme c’est trop souvent le cas, en fanfaronnades de quelques scribouillards savantasse avides d’épater la galerie avec des épluchures de connaissances.

 

Les chênes verts, Montpellier le 2 février 2012.

Jean d’Argoun est connu à Rennes les Bains depuis moult années comme « mage » et pour ses conférences hallucinantes ou il séduisit de nombreux adeptes. Sa production littéraire est des plus édifiante. Si la fin du monde n’a pas lieu cette année Jean d’Argoun n’abandonneras pas sa défroque de prophète.

En terme journalistique « secouer le marronnier » c’est ressasser la même chose pour maintenir l’attention du public en éveil, en se pliant ici à des exigences politiques, autant qu’aux nécessaires « enquêtes » des Renseignements Généraux..

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 10:35


La rédaction ça fait pro ! Ma gazette est à publications incertaines comme d’autre sont mensuelles.

Bref, c’est le tralala lié à mes pérégrinations à travers l’Atlantique pour rejoindre Fort de France. Me voilà donc chère lectrice et cher lecteurs (suis sérieux car c’est l’éditorial !) après moult semaines à me bronzer à votre chaud  soleil hivernal. Où là là ! Certains diront que je manie l’oxymore comme un journaliste distingué. D’autres dirons que j’en fais trop et ils auront raison.

Pendant mon séjour merveilleux à la Martinique (si vous voulez être couleur locale prononcez M’tinique), dans ce coin de paradis j’ai visité le jardin de Rosine ou j’ai vu des orchidées qui poussent hors de la terre en un acte libérateur de leur condition de « légume ». Des êtres préparant un monde animal de demain ? Pourquoi  pas ! Aussi, et vous vous en doutez, leur fleurs sont magnifiques comme pour asseoir leur supériorité.

                        PICT0096--2-.JPG    

Les aristos du jardin de Rosine.

Je ne vous cacherais pas que ‘osine les bichonne ses o’chidée. Elle en a de plusieurs couleurs, de plusieurs grandeurs, de celle qui aime la terre et de celle qui ne l’aime pas.

                 PICT0094--2-.JPG

Orchidée à longue tige gardienne de la porte du jardin de Rosine

Dans le jardin de Rosine on trouve d’autres fleurs, en voici des exemples qui poussent spontanément quand les oiseaux sèment leurs graines.

                 PICT0105.JPG

Les prolos sans pédigrée du jardin de Rosine

PICT0085-copie-1.JPG

 PICT0083.JPG

PICT0082.JPG

PICT0089.JPG

PICT0090.JPG

PICT0114.JPG

Le fruit de l’arbre à pain.

PICT0097.JPG

L’incontournable cocotier.

Parfois on a des surprises en découvrant que les lézards aiment les fleurs. En voici la preuve indiscutable :

PICT0148.JPG

Ca c’est le chien féroce de la maison. Quand vous vous approchez il devient dangereux, regardez

PICT0158.JPG

Pour vous en sortit vivant une seule issue, lui chatouiller le ventre !

PICT0159.JPG

Voilà, vous avez une petite idée du beau jardin de Rosine. Rosine et Pascal sont aux petits soins de leur jardin et en plus au fond, côtoyant la mangrove, il y a une biquette et des cocottes qui soignent leur coq, que voulez vous, c’est ça l’éternel féminin.

A bientôt.

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 13:30

JANUS 4

J’ai eu envi de jouer au faux sage dans une jubilation dont vous comprendrez l’origine en lisant ce texte. Que les puristes et les Monseigneur me pardonnent… car c’est du lèse majesté. 

Actuellement nous sommes submergées d’imitateurs en tout domaine non seulement celui de la philosophie et de là pensée en général mais aussi celui des objets qui constituent des contrefaçons.

Nous sommes donc confrontés à une société qui non seulement produit une politique de kangourou et un ésotérisme boiteux mais aussi un faux Qi gong, un faux Soufisme, un faux Christianisme, un faux Bouddhisme, une fausse écologie, une fausse alchimie, une fausse Franc-Maçonnerie etc.

Cette particularité de la comédie humaine engoncée dans son mensonge ne date pas d’hier comme le soulignais déjà au XIIIe siècle le soufi Shabistari en son Jardin secret :

« Le monde n’a qu’une existence allégorique.

D’un bout à l’autre c’est une farce et un jeu. »

Tout consiste pour des individus paumés à prendre conscience de cette farce sans adhérer au jeu sous peine de rejoindre la misère humaine.

Beaucoup de gens restent attachés à des sectes et à des imitations parce que ces formes leur conviennent, répondant à quelque chose en eux qui demande (au détriment de la vérité) secte et imitation.

C’est ce qui fait dire que si le Christ revenait sur terre il serait mis à mort dans les caves du Vatican. Il en serait de même pour Bouddha.

Tout consiste donc à s’éveiller spirituellement pour sortir de ce pétrin. Sans la dimension spirituelle de cet éveil nous serons (à juste titre mais inutilement) en perpétuelle opposition avec les conséquences que cela implique : aigreur du caractère, haine, violence, emprisonnement, etc.

Les gens qui ne se préoccupent pas de cela suivent une ornière les yeux fermés et leur destiné seras fixe suivant le tracé de l’ornière. Cela facilitera le travail de prédiction des faux astrologues. Mais ceux qui sont spirituellement avancés sortent de l’ornière et deviennent libres. C’est ce qu’enseignait le grand sage Abu’l Hasan Khirqani :

« Les gens de ce monde ont une destiné fixe. Ceux qui sont spirituellement développés reçoivent ce qui n’est pas dans leur destiné ».

Que dire de plus ? Si ce n’est que le voyage de mille lieues commence avec un pas ! Rions tout de même puisque nous sommes dans un grand, très grand, théâtre burlesque ! ! !

Repost 0
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 15:39

 

La spiritualité sombre, depuis le début de XIXe siècle, dans le baratin onctueux, fait de paroles séduisantes et de textes ronflants qui se veulent édifiants alors qu’ils ne sont que des spéculations. Ces écrits ne manquent pas d’intérêt théorique, mais ne donnent rien au point de vue pratique. L’un des exemples est celui des vers dorés de Pythagore ou encore celui des missels de l’église catholique vous disant de vous mettre en présence de Dieu, mais ils ne disent pas comment procéder ! Le milieu de l’ésotérisme est truffé de textes de la même eau. Lisez la sourate du vide et vous comprendrez peut-être qu’on vous en met plein la tête… aux antipodes du vide :

 

 

« Désapprendre. Déconditionner sa naissance. Oublier son nom.

 Etre nu. Dépouiller ses défroques. Dévêtir sa mémoire. Démodeler ses masques. Déchirer ses devoirs. Défaire ses certitudes.

Désengranger ses doutes. Désemparer son être.

Débaptiser sa source. Dérouter ses chemins. Défeuiller ses désirs.

Décharner ses passions.

Désacraliser les prophètes. Démonétiser l'avenir.

Déconcerter l'antan. Décourager le temps.

Déjouer la déraison. Déflorer le délire. Défroquer le sacré. Dégriser le vertige.

Défigurer Narcisse. Délivrer Galaad. Découronner Momoch. Détrôner Léviathan.

Démystifier le sang. Désencombrez votre âme. Déséchouez vos échecs. Déchantez le désespoir. Désenchaînez l'espoir.

Désamorcez vos peurs. Désarrimez vos cœurs. Désespérez la mort.

Dénaturez l'inné. Désincrustez l'acquis. Désapprenez-vous. »

 

 

 

Mes très chères sœurs et mes très chers frères… Vous voilà substanté au point de couler !

 

Si vous avez compris les mots commençant par D sans aide, c’est déjà pas mal. Si vous en tirez une philosophie je dirais c’est mieux mais peut-être marécageux. Si vous en tirez une ligne de vie je dirais que vous mentez sans en avoir obligatoirement conscience.

 

Pour moi c’est du délire. Pourquoi ? Parce que ce texte est une sorte de récapitulatif mnémonique pour ceux qui font le point ! Il s’adresse à ceux qui sont très avancés sur la route de leur réalisation et non pour guider les néophytes. C’est un récapitulatif qui, s’il est utilisé par le premier venu, est indigeste et impossible à saisir dans ses fondements. Utilisé tel quel, sans formation préalable, c’est un véritable remède contre la spiritualité dont le mot-clé est SIMPLICITE ! ! !

Commencer par ce texte c’est mettre la charrue devant les bœufs.

Où est le mode d’emploie pour appliquer ce programme ? Tout simplement ceux qui l’ont rédigé en étaient pourvus ! Ils n’en parlaient pas car c’était pour eux une évidence que sans ce mode d’emploie tout est incompréhensible, « infaisable ».

Quant à ceux à qui ce texte était destiné ils avaient déjà réalisé pratiquement tout. Ils vérifiaient donc si tout était complet pour savoir s’ils pouvaient aborder l’échelon supérieur.

 

Si vous me dites comment faire et donc par où commencer pour pouvoir réaliser ce programme alors je dirais que vous êtes un initié.

 

Si vous vous contentez de lire et de pavaner sur ces propos et de proposer des « méditations » avec la gravité qui sied aux connaisseurs, psychologisants alors vous n’êtes rien.

 

C’était ma crise chronique de mauvais coucheur contre le blablabla qui empoisonne le chemin initiatique plein de bouses de vaches.

 

Avec toute mon amitié.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 14:11

Au fil des propos qui me sont adressés sur chacun de mes articles et sur le site de ceux qui visitent mon blog, et aussi sur un forum, j’ai pu découvrir certains commentaires à mon égard proposant aux lecteurs des informations que l’on peut qualifier de désinformations.

 

Il m’a semblé de la plus élémentaire courtoisie de vous en informer en premier chef, avant qu’un jour j’estime urgent qu’il devienne nécessaire d’approfondir le sujet et de rédiger mon autobiographie.

 

J’ai pensé qu’en expliquant certains faits cela vous permettait de mieux me connaître. Il est vrai que certains parmi vous me connaissent déjà, et je les salue plus particulièrement qu’ils soient de Belgique, d’Italie, de la région parisienne, de l’Hérault, du Gard, des Pyrénées-Atlantiques ou de la merveilleuse Martinique qui m’accueillera le mois prochain avec cette chaleur qui fait mon bonheur à chacune de nos retrouvailles fraternelles.

 

Comme beaucoup parmi-vous, j’ai cherché dans ma jeunesse estudiantine, et au-delà de ces « baratineurs » qui infectent le milieu de l’ésotérisme autant que celui des Églises, cette spiritualité bienfaisante, simple, silencieuse et paisible capable de calmer ma soif de spiritualité. L’Eglise Catholique, dont mon enfance fut bercée à Narbonne en la paroisse de mon quartier, me dispensa les sacrements de baptême et de confirmation dans la basilique St Paul Serge, mais elle ne su répondre réellement à ma demande quand je fus étudiant à la faculté des Sciences de Montpellier. L’image de sa foi ne correspondait pas à mon image du monde élaborée autour du mystère de la vie. La magnifique vie dont je découvris autant l’ampleur que la magnificence à l’occasion de ma participation à l’année océanographique internationale de l’océan Indien où fut découverte la dorsale océanique mettant en évidence la dérive des continents et donc la tectonique des plaques continentales. Durant cette mission à bord d’un batiment de la marne nationale, mes observations orientèrent mes études supérieures vers la biologie, après avoir ressenti que l’océan est un vaste organisme.

Au fil de mes travaux de laboratoire pour l’étude de l’impact des centrales nucléaire sur le milieu marin, j’appréhendais, grâce à l’observation in vitro certains phénomènes extraordinaires telle la mystérieuse émergence des battements du cœur d’un embryon, et de bien d’autres phénomènes. J’ai pu saisir que chacun de nous côtoie, sans en prendre conscience l’extraordinaire merveille, d’un monde qui cherche à établir une communication avec nous, au-delà de notre langage.

Immédiatement j’ai compris l’immense portée de l’alchimie et j’ai lu, sans tout comprendre, Le Mystère des Cathédrales de Fulcanelli. Je réitérais sept fois cette lecture attentive sans jamais me lasser. À ce propos je remercie Bruno, d’Hendaye, de m’avoir fait découvrir la croix cyclique commentée par Fulcanelli. Ces sept lectures ne correspondaient pas pour moi à une valeur ésotérique, mais au désir de m’imprégner de l’œuvre, de la posséder, car j’avais entendu dire qu’un médecin possédait parfaitement l’anatomie après l’avoir apprise à sept reprises.

 

Je contactais l’alchimiste Eugène Canseliet qui m’aiguilla vers un chemin qui ne correspondait pas à mon tempérament, car l’Université n’a pas réussi à faire du menuisier et du quartier-maître charpentier marine que j’étais un intellectuel accessible à une certaine rhétorique alchimique si bien mise en exergue par la section alchimie de l’École Pratique des Hautes Études. La simplicité m’était indispensable après avoir connu près de quinze années de ronds de jambes ou de jeux de manches à la manière des ténors du barreau qui savent si bien tourner autour du pot !  

C’est dans cette soif de simplicité que je fis la connaissance de celui qui devait devenir mon guide et mon meilleur ami pendant dix ans.

Roger Caro, car c’est de lui qu’il s’agit, était l’un des plus grands alchimistes du XXe siècle avec Fulcanelli et Eugène Canseliet. Sa manière d’appréhender l’alchimie souleva bien des controverses de la part des élèves de  « l’école » de Fulcanelli. Mais certains eurent l’attitude juste d’exprimer leur désaccord sans se répandre en critiques mal séantes. Personnellement je fus formé autant par Roger Caro que par Jean de Clairefontaine qui était le bras droit de Roger Caro. Ingénieur des mines dans la vie, et ami de l’ésotériste et clair-voyant Don Néroman. Il écrivit l’ouvrage fondamental Apocalypse révélation alchimique. Par la suite d’autres adeptes, tel Jacques, qui écrivit la préface de mon livre Holoscopie de la spiritualité Occidentale, m’accompagnèrent en parallèle avec Roger Caro qui ajoutait à ma formation générale certaines précisions pratiques et spirituelles qui s’avérèrent des plus précieuses quand vint le moment où je devais lui succéder à la fois dans la tristesse, dépaysé et surtout dégoûté car attaqué par de pauvre hères qui contestaient, à leur profit, ma légitimité.

 

Lors de ma première rencontre avec Roger Caro, il insista sur un fait capital. L’alchimiste doit avoir non seulement son laboratoire mais aussi et surtout un oratoire. C’était pour cela qu’il avait fondé une Église Gallicane ancienne et alchimique sous le nom d’Église Universelle de la Nouvelle Alliance (EUNA) essentiellement pour que l’oratoire personnel ne favorise pas l’individualisme, que les femmes puissent accéder au sacerdoce, et que les hommes et les femmes mariés puissent devenir prêtres. C’était aussi l’occasion de se rencontrer, d’échanger et de passer de bons moments ensemble autour d’une table dans une franche gaîté ! Je me souviens encore, étant assis par manque de place sur le bord d’un évier du « déclic » provoqué par un échange avec Jacques passionné par la chimie, la biochimie et bien d’autres secteurs de la connaissance. Je fis appel à ses connaissances d’ingénieur nucléaire, pour m’informer sur la structure de l’atome. Ce moment fut à l’origine de mon livre Holoscopie de la spiritualité occidentale, car je saisis toute la dimension de l’inséparabilité quantique.

Je souligne au passage que toutes les Églises, qu’elles soient Orthodoxes ou catholique, considèrent que les prêtres de l’EUNA sont validement ordonnés et elles reconnaissent la validité des sacrements qu’ils dispensent : baptême, confirmation, mariage, eucharistie, sacrement des malades.

Outre le fait que l’office ancien, avant les réformes du concile Vatican II, est dit en français et non en latin, il est débarrassé des ajouts imposés par les papes au fil des siècles. Actuellement est en préparation une messe alchimique comme celle des premiers gallicans qui débarquèrent aux Sainte Maries de la Mer.

Tout cela ne vise pas à former des bigots, mais des mystiques clairs voyants capables de réussir en alchimie là où les « spiritualistes » spéculateurs et beaux parleurs perdent leur temps et leur argent à œuvrer dans leur cuisine.

Autre point important : Dans cette église la démocratie est de mise et chacun peut s’exprimer. Le responsable (Patriarche Archevêque) que je suis n’est qu’un représentant et un dispensateur sacramentel qui ne saurait imposer ses vues et gouverner par dictats. Son rôle est aussi de préserver l’unité et la cohérence de tout ce qui est réalisé.

Je vous dis tout cela pour faire le point sur un texte écrit par un monsieur signant Montekermes (de son vrai nom Patrick Lebar) dans un Blog-traitant-d’hermétisme… j’aurais préféré ne pas avoir à parler de notre passé commun, malheureusement mon rôle m’oblige à le faire. Voici le début de la fidèle reproduction de son texte posté le 18/10/2008 :

 

« Oui ? c’est le blog de L.G. que j’ai très bien connu en son temps, lorsque nous fréquentions Roger Caro et St Cyr sur Mer. C’était en 1982 ou 1983 et j’étais là pour ainsi dire, depuis 12 ans quand j’ai vu ces quelques personnes de Montpellier débarquer dans l’Église de Roger CARO.

J’ai même été nommé par Roger  Caro en cette même année pour les encadrer au sein d’une structure « congréganiste ». Mais cela n’a pas duré ! »

 

Relevons d’abord une erreur sans gravité. Sachant que l’Église fut crée fin 1972, en 1982-1983 Patrick Lebar n’était pas en son sein depuis 12 ans mais depuis dix ans.

Quant au groupe qu’il a vu « débarquer » de Montpellier, il a une histoire. Quand j’ai adhéré à l’Église c’était bien avant cette date puisque j’étais seul. Ce groupe qui a donc « débarqué » je venais de le créér. J’habitais (et habite encore) dans une cité-dortoir au milieu de la violence, ou mon voisin l’animateur de radio libre (FM7) était obligé de s’armer d’un solide gourdin pour chasser ceux qui voulaient interrompre son émission et se délecter de lui faire sa « fête ». L’une de nos amis qui rentrait au petit matin dû véhiculer d’urgence à l’hôpital un homme qui gisait sur la chaussée à moitié égorgé. C’était l’époque ou une math « amical » de foot bal se termina par l’assassinat de l’arbitre !

 

Certains furent interpellés par la misère morale et autre de cet endroit malsain, à tel point que beaucoup de Montpelliérains refusaient d’y mettre les pieds. C’est ainsi que se créa notre groupe qui travailla avec une association caritative. Devant notre œuvre, l’association amie et ses membres participaient à nos réunions spirituelles et aux offices. Cela provoqua la peur de l’évêché catholique qui fit installer sans tarder grâce à ses relations politiques, une chapelle devant ma porte !

Le groupe constitué décida de rencontrer Roger Caro, lequel mis à notre tête Patrick LEBAR qui était évêque. Ainsi fut fondée la Congrégation des Pauvre Chevalier de Mull en souvenir de ceux qui séjournèrent dans l’ile de Mull en Écosse et qui créèrent en 1317 l’école d’alchimie dont Roger CARO était le responsable ou imperator.

Patrick LEBAR habitait Marseille et venait nous voir très rarement. Cela n’a pas duré comme il le dit lui-même puisque par la même occasion il fut invité à quitter l’Église. D’où son ressentiment de tout ce qui émane de Roger Caro qui l’a exclu du groupement (des FAR+C et de l’Eglise en disant qu’il ne voulait plus le voir) et dans une moindre proportion de moi-même qui adhère actuellement (et surtout après cette lettre qu’il aurait mieux fait de ne pas écrire car de mon propre chef j’aurais gardé le silence) aux décisions de Roger Caro. C’est pourquoi la suite du texte de ce prélat déchut, commencé précédemment, me juge péremptoirement et sans aménité :

 

« En tout cas, pour ce qui regarde l’alchimie, L. G. n’a, hélas, pas grand-chose à offrir, si ce n’est qu’une sorte d’initiation, calquée sur les sept degrés initiatiques alchimiques des F.A.R + C., et soumise à l’adhésion à son Eglise.

C’est la même « théorie » vendue depuis les années 1960. »

 

Le L. G. qui n’a « hélas pas grand-chose à offrir », c’est moi, votre serviteur. Comprenez mon indignation face à un pareil jugement aussi bref qu’erroné mettant en doute tout ce qui fut écrit par Roger Caro et ce que j’écris sur mon blog et dévalorisant l’enseignement que je dispense à ceux qui cherchent sincèrement et ne reculent devant aucun obstacle !

Quant aux sept degrés initiatiques des F.A.R.+C. Ils ont une raison d’être. Vous pouvez en avoir une idée en lisant mon article sur les sept étapes de l’initiation. Les anciens imperators eux-mêmes en parlent notamment Rudolf Steiner, 55e imperator de 1898 à 1900, et fondateur de l’Anthroposophie. Voici ce qu’il dit sept ans après la fondation de son mouvement :

 

« Nous évoquons souvent dans nos conférences les cycles basés sur le chiffre sept. Ce n’est pas seulement une façon de parler, il s’agit là réellement d’une loi de l’existence. Et maintenant que le mouvement de la science de l’esprit vient d’accomplir un cycle de sept ans, il est bon de nous recueillir un instant en pensant à nos aspirations et au travail que nous effectuons. Ce travail n’est possible que si le mouvement spirituel reflète dans ses lois ne serait-ce qu’une infime partie des lois universelle. L’évolution de l’ordre universel se déroule en cycles basés sur des multiples du chiffre sept. »

 

Croyez-vous que les sept degrés initiatiques en alchimie soient le fruit du hasard ou de quelque marotte symbolique d’occultiste ?

En réalité il y a trois cycles de sept étapes.

 

Le premier est le travail à l’ORATOIRE comprenant sept degrés initiatique ou métanoïa correspondant aux sept ordinations de l’Église.

 

Le second est celui l’apprentissage des sept phases THEORIQUES du Grand Œuvre.

 

Le troisième concerne l’étude du SYMBOLISME en sept degrés comprenant l’étude de la langue dieux ou des oiseaux.

 

 Ces trois étapes sont inséparables et connues sous le nom de LIBER 777. Ici,le mot liber ne désigne pas un livre mais le bois appelé liber contitué par des tubes dans lequels circule la sève ellaborée riche en carbonate de potasse.

 

Ce n’est pas le temps de collaboration qui permet à deux êtres de communiquer. En dix ans et avec une année d’échanges et de révélations en bien des domaines, Roger CARO m’a communiqué des connaissances que nul autre ne soupçonne, non seulement sur le plan alchimique mais aussi sur le plan mystique et historique surtout à propos des anciens imperators, cela afin que je puisse perpétuer l’enseignement. Quand il m’a proposé de lui succéder en qualité de responsable de l’Église, je ne lui ai posé qu’une seule condition : celle d’être responsable aussi de l’enseignement alchimique. Il a accepté et a arrangé les choses à sa manière. Comprends qui voudra !

 

N. B. Je ne répondrais à aucun commentaires, source de polémiques sans fin, sur cet article car il constitue un droit de réponse à l'article cité de Montékermès. 

Repost 0
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 11:22

A mon ami jean-Pierre...

Introduction en sourdine avec le pleur des violons…

 

Je suis déçu par certain de mes lecteurs (larmes) dont il est facile de déterminer l’origine. En effet, dans les sept derniers jour l’article N°2 sur la planche à tracer a été visité par 100 lecteurs et le N°1 par 24 seulement (torrent de larmes).

 

Interprétation musicale inédite :

 

Premier et dernier acte en rap super agressif sur un air triomphant de gambettes en délire.

 

-        Frère Antoine il y a un article sur un blog à propos de la planche. La deuxième partie seulement est intéressante.

-        Oui, je l’ai lu. Attention, Robert le 33é et notre Vénérable sont catégoriques, l’auteur ne sait pas de quoi il parle. D’ailleurs, c’est normal, il dit lui-même qu’il n’est pas des nôtres. Mais de quoi je me mêle !

-        Il y a pourtant des articles intéressants.

-        Foutaise ! il raconte n’importe quoi sur l’alchimie. Tu te rends compte, il veut faire la leçon à nos grands initiés du 33e ! Tiens, voilà Louis ! Alors Louis, quoi de nouveau ?

-        j’ai trouvé un blog sur lequel on parles de la planche. Avec tous les copains on a pompé la deuxième partie pour faire notre planche. Il y a plein de choses à récupérer.

-        Tu t’es quand même aperçu que ce blog n’est pas sérieux.

-        …Oui… Évidemment… Maître…

 

Fin du premier et dernier acte sur un zoom aguichant de culottes à dentelles parfumées.

Repost 0

Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens