Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 08:13

 

 

« Le corps est le produit de l’esprit saint. »

G.-B. SHAW, Bréviaire du Révolutionnaire.

 

 

« Le corps humain se trouve, sur l’échelle des grandeurs, à mi-chemin entre l’atome et l’étoile. Suivant les objets auquel on le compare, il apparaît grand ou petit. Sa longueur est l’équivalent à celle de deux cent mille cellules des tissus, ou de deux millions de microbes ordinaires, ou de deux milliards de molécules d’albumine placées bout à bout. Par rapport à un atome d’hydrogène, il est d’une grandeur impossible à imaginer. Mais, comparé à une montagne, ou à la Terre, il devient minuscule… En réalité, notre grandeur ou notre petitesse spatiales n’ont aucune importance. Car ce qui est spécifique de nous-même ne possède pas de dimensions physiques. La place que nous occupons dans le monde ne dépend certainement pas de notre volume. »

 

Alexis CARREL, L’Homme cet inconnu.

 

 

Cet article est la première partie d’un texte qui en comporte quatre.

 

Notre corps est entre deux mondes, l’un que nous voyons avec ses organes harmonieusement agencés, l’autre que nous ne voyons pas, dont la pensée est l’exemple le plus évident. L’homme ayant vécu sur notre Terre un million d’années et plus, ceux qui nous ont précédés ont eu tout loisir d’étudier la partie invisible de notre structure biologique dans lesquelles les différents mondes ou dimensions interfèrent et se mélangent – c’est ce mixage du visible et de l’invisible qui donna naissance au symbole du caducée. Les résultats de ces recherches sur la coexistence des deux plans de la matière et de l’esprit sont contenus dans des connaissances véhiculées par les racines des religions, avant que des règles s’établissent au fil des siècles et les aient rendues de plus en plus moralisatrices, et inadaptées à la condition humaine. Le plus paradoxal, c’est que les religieux ont souvent raison, mais ils pèchent par manque d’explication, explication qu’ils ne peuvent fournir puisqu’ils ont tout oublié.

A la racine des religions est cette mystique expérimentale qu’est l’alchimie. Elle s’est rapidement marginalisée par rapport aux corps de doctrines des religions qui lui devenaient de plus en plus incompatibles. Qu’elle soit Orientale ou Occidentale elle est UNE, et c’est adaptée à toute les cultures. C’est l’un des plus important corpus de connaissance sur l’univers et l’homme. Elle marque autant la religion chrétienne que l’hindouisme, le bouddhisme  le taoïsme, etc. La franc-maçonnerie en est profondément pétrie dans son rituel et l’agencement de son temple. Certains Ordres de Chevalerie en furent les véhicules. Grâce à la multiplicité des moyens de diffusions cette pratique est parvenue jusqu’à nous dans sa pureté initiale.

Pour accéder à ce savoir, il est un obstacle de taille qui dépend autant de l’individu que de la société dans laquelle il vit. De nos jours, les opinions les plus diverses s’établissent sur les preuves scientifiques comme le montre cette foi aveugle aux diagnostics rendus par les experts auprès des tribunaux. Tout ce qui porte l’estampille « scientifiquement prouvé » entre dans nos modernes croyances, le reste est impitoyablement exclu comme « pas sérieux » (l’équivalent religieux d’hérétique) sans autre forme de procès avec parfois cette étiquette de mépris qu’un seul mot résume : « allumé ! ». Les plus intelligents et les moins conditionnés comprennent que l’attitude rationaliste ne nous permet d’appréhender qu’une faible part de la réalité. La science elle-même dans son avancée nous le montre, puisque ce qui était regardé avec méfiance hier peut demain s’intégré dans notre moderne corpus rationaliste. Prenons au hasard un exemple, celui de la guérison des disques intervertébraux dilatés provoquant de sérieuses douleurs lombaires. Les pharmacologues décidèrent, sur les conseils d’un sorcier « allumé », de chercher le remède en suivant la loi d’analogie. C’est ainsi qu’ils découvrirent que les nœuds de bambous contenaient un enzyme qui dissolvait les excroissances des « coussins » qui séparent les vertèbres ! Mais, ne rêvons pas, les scientifiques ne considèrent pas pour cela que la loi d’analogie possède une quelconque vertu, il s’agit tout simplement d’un hasard !

Face à ce comportement ambiguë de la Faculté, j’ai donc été amené à empiéter sur cette zone interdite quand il m’était difficile de faire autrement notamment pour parler de cette fameuse analogie (que vomissait Gaston Bachelard), ainsi que de l’alchimie et des différents rayonnements bioénergétiques résultants de notre comportement journalier.

 

La pensée rationnelle fait partie du corps puisqu’elle réside dans l’encéphale cérébral. L’hygiène du cerveau est donc d’abord d’apprendre à bien penser comme l’explique la monographie précédente sur le silence. L’apprentissage de la non pensée[1] permet de s’élever au-dessus des conventions et du ridicule qui blesse  profondément. Cette non pensée a par ailleurs des conséquences considérables sur notre organisme puisqu’elle élimine les maladies psychosomatiques, qui proviennent de notre mal de vivre pour diverses raisons. Ce mal de vivre est générateur d’angoisses, de stress et de divers « soucis » qui peu à peu sont « avalés » par notre substance biologique qui le traduit par des maladies diverses pouvant même provoquer la mort.

Un corps sain est inséparable des pensées saines. Conserver un corps en bonne santé consiste à savoir éliminer les cogitations nuisibles ou négatives qui perturbent notre équilibre biologique. Dans cette optique, c’est comme si elles participaient, d’une manière qui reste à définir, à la trame des tissus biologiques, et imprimaient ainsi dans notre chair leurs marques parfois indélébiles. Si, suivant l’adage, nous sommes ce que nous mangeons, nous sommes aussi ce que nous pensons. Une pensée se digère comme un repas et organise avec lui la matière vivante.

Le libre arbitre existe-t-il ?

La non pensée a des conséquences plus importantes encore, c’est celle de remodeler notre manière d’être. Au premier abord cette constatation peut paraître banale, pourtant son importance fut mise en évidence par les neurosciences. Dans la vie de tous les jours, qu’est-ce que cela signifie ? Prenons un exemple, vous êtes dans une forêt, l’air embaumé par les effluves du printemps vous donne envie de vous asseoir au pied d’un arbre. Vous vous décidez et vous fléchissez les jambes pour mettre votre corps en contact avec les hautes herbes qui entourent le pied d’un chêne séculaire. Jamais vous ne pensez à remettre en cause le fait que vous avez décidé en toute liberté de l’instant précis où vous avez décidé de vous asseoir… Cependant vous n’avez fait que vouloir quelque chose… qui avait déjà été décidé par votre encéphale cérébral… quelques centièmes de millisecondes avant, et cela sans que vous en ayez conscience ! Plus encore : juste avant que votre volonté de vous accroupir ne soit ordonnée par votre cerveau, celui-ci a déjà stimulé les aires cérébrales motrices indispensables pour réaliser ce geste ! Tels sont les résultats obtenus, en 2005, par des neurobiologistes américains, anglais et Français et plus particulièrement par le professeur Patrick Haggard de l’University Collège de Londres.[2] Le résultat de ces différents travaux est incontestable : lorsque nous éprouvons la volonté de faire un geste, nous ne faisons que vouloir ce que certaines zones de notre cerveau ont déjà décidées à notre insu ! Pour éviter toute ambiguïtés à ce propos, notamment de la part des rationalistes cartésiens et des républicains attachée au premier mot de leur triptyque sacré « Liberté Égalité Fraternité », voici ce qu’écrit le professeur P. Haggard :

« Nous sommes généralement convaincus que lorsque nous effectuons une action, par exemple tendre le bras pour attraper une veste lorsqu’il fait froid, nous le faisons parce que nous l’avons voulu. Or, c’est faux ! L’exécution de ce geste est d’abord initiée par notre cerveau indépendamment de notre conscience. Et ce n’est qu’ensuite que nous prenons conscience de notre volonté d’effectuer ce geste, et que nous le faisons. »

Évidemment, nous sommes conscients de nos motivations diverses qui guident nos actes, cependant, le choix de l’instant précis pour réaliser nos aspirations, ce que nous souhaitons, échappe totalement à notre volonté. En bref, notre liberté d’agir nous échappe. N’en déplaise aux philosophes en général et plus particulièrement aux théologiens chrétiens, aux cartésiens[3] ainsi qu’aux partisans de David Hume[4] (1711-1776), notre libre-arbitre est très relatif.

En d’autres termes, vouloir effectuer une action n’est qu’une simple conséquence du fait que le cerveau a déjà lancé son exécution à notre insu.

Un acte est donc effectué en fonction de la généralité de l’information cérébrale. Tout geste est représentatif de la totalité de l’information contenue dans la totalité des cellules cérébrales du cerveau. En d’autres termes, notre motricité fonctionne selon le modèle holoscopique : chacune des parties (chaque posture) est représentative du tout cérébral. D’ailleurs, les neurones échangent de multiples informations avec le cerveau à l’insu de notre conscience, et notre liberté se résume à vouloir ce que notre cerveau a déjà décidé. La seule liberté que nous ayons est celle de refuser ce qu’il a programmé. En d’autres termes, nous avons uniquement la liberté de dire non !

Or, l’encéphale cérébral responsable de la motricité est l’encéphale gauche, puisque généralement le droit est muet. Cette moitié est non seulement menteuse, mais en plus elle prend les décisions motrices à notre place ! C’est donc un « ordinateur » biologique qui nous mène par le « bout du nez ». Notre libre-arbitre est un leurre à la manière de notre perception du monde. Tout cela, les dépositaires de la connaissance des anciens l’affirment depuis des dizaines siècles, il n’est donc pas surprenant que la science, au fur et à mesure de l’amélioration de ses moyens d’investigation, comme l’imagerie médicale, le confirme.

Est-il possible d’acquérir une plus grande liberté ? La conquête de cette liberté réside dans ce qu’il convient d’appeler initiation, qui n’est autre que la prise de conscience de ce que nous sommes, grâce à des techniques particulières et non des discours. Elles reposent sur le mode répétitif afin de « reprogrammer » progressivement le cerveau, de remplacer des conditionnements négatifs par d’autres. C’est pour cela que les mystiques du monde entier prônent le détachement et le silence.

Ne généralisons pas, notre libre-arbitre existe beaucoup plus au niveau des choix et des idées. Certes, ils seront liés aux conditionnements de notre masse cervicale, mais nous avons le libre-arbitre pour, par exemple, analyser les différents aspects d’un problème comme celui ayant trait au choix de l’achat d’une voiture ou d’une maison, nous pesons le « pour » et le « contre ».

Cependant les décisions prisent à deux ou à plusieurs sont issues d’une délibération consciente. Le mariage en est un exemple. Là, l’influence du libre-arbitre est très importante. D’où l’aberration de l’infaillibilité du pape, d’où l’aberration de considérer les prises de décisions collégiales (conciles) comme hérétiques (conciliarisme) et inférieures à celles qui sont prises par le souverain pontife seul, ou le pouvoir du seul pape de ne pas accepter une décision conciliaire.

Dans le corps social, la démocratie s’inscrit dans la conquête de la liberté avec cependant des bémols considérables, surtout celui qui concerne la quasi inutilité des bulletins blancs dépassant 10% des votants lors d’une élection[5]… mais cela est une réforme qui n’est pas prête à voir le jour.

 



[1] La non pensée est dévalorisée par les milieux chrétiens qui affirment que ceux et celles qui la pratiquent font en réalité une petite sieste ! Cette remarque est désobligeante quand on sait que la non pensée ne doit jamais être accompagnée d’une perte de conscience du corps qui caractérise la somnolence et le sommeil. A tout instant, celle ou celui qui pratique la non pensée doit être vigilant en gardant les facultés sensitives de son corps en éveil sous peine de perdre le fruit de sa pratique.

[2] Ces travaux ne font que confirmer ceux du professeur californien Benjamin Libet, qui furent accueillis à l’époque (1983) avec scepticisme.

[3] René Descartes (1596-1650) pour qui chaque acte est le fruit d’un choix librement effectué est ainsi contredit.

[4] Philosophe écossais, ami d’Adam Smith le fondateur du libéralisme, David Hume disait que la sensation de vouloir effectuer un acte est une sorte d’illusion rétrospective, générée par le fait que nous sommes déjà en train d’effectuer cette action. En réalité les neurosciences nous disent que la conscience du geste ne survient qu’après son exécution, même si la décision de l’effectuer est prise avant d’en être conscient.

[5] Donc, la véritable démocratie ne peut être envisagée sans deux urnes, l’une destinée à recevoir les bulletins de vote habituels, l’autre recevant les résultats d’un questionnaire pouvant être dépouillé rapidement par informatique. Les vainqueurs devant suivre scrupuleusement les desiderata du peuple. Si cela n’existe pas, il s’agit d’une dictature déguisée en démocratie. Cette manière de procéder doit jouer aussi au niveau de toute collectivité et surtout dans les centres initiatiques quels qu’ils soient. D’autre part les élus n’appartiennent pas à un parti politique puisque leur programme est défini dans ses grandes lignes par le peuple.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

samurai 21/12/2008 20:53

Bonsoir Cher Ami,

En effet, comme le dit si justement Alexis Carrel, "La place que nous occupons dans le monde ne dépend pas de notre volume" Il n'a qu'à observer notre Cher Président omnipotent actuel qui doit son élection à des promesses qu'il ne tiendra jamais. Par contre, énormement de décisions déjà en application ne faisaient pas partie des-dites promesses ne sont pas du tout du goût de nos compatriotes.

Quant à l'importance de la reconnaissance du vote blanc, il n'y a qu'à jeter un coup d'oeil sur le programme politique et le projet de société proposé par La France en action :http://www.lafranceenaction.com pour être convaincu que celà fait partie des dispositions à l'honneur (reconnaissance du vote blanc et réorganisation des élections à partir de 20% de votes blanc).

Je suis persuadé que cette disposition a l'assentiment de nombre de nos compatriotes et qu'aux prochaines élections(Européennes) on va beaucoup entendre parler de ce Parti qu'est La France en action qui a quand même fait plus de 300.000(trois cent mille) voies l'année de sa création aux élections Européennes de 2004...

N'y-a-t-il pas là quelque manifestation alchimiste naturelle dont nos concitoyens commencent à percevoir la présence ?...

Très cordialement et merci pour vos écrits que je n'ai pas hélas le temps de lire avec le suivi qu'ils méritent, mais dès que je le peux...

gdb 08/05/2008 15:25

Le problème de la démocratie, c'est que le "peuple" se laisse avoir par des politiciens menteurs...On le sait depuis toujours, mais on continue de voter pour le plus hâbleur, celui qui fait des promesses impossibles à tenir, bref, celui qui bonimente le mieux. Il faudrait l'éduquer un peu ce peuple pour qu'il arrête de croire tout ce qu'on lui dit ! Mais les gens qui sont au pouvoir n'ont aucun intérêt à ça...donc ils investissent dans la police et l'armement, et de moins en moins dans l'éducation et la culture...

Hermophyle 08/05/2008 21:12


Vous avez raison. Mais tout a une fin, souvenez-vous du mur de Berlin. Notre président ventilateur marque une étape vers la dégradation, ainsi que la crise énergétique. Hélas nous ne pouvons agir
mais seulement attendre. Quand un fruit commence à pourrir il ne tardes pas à tomber. L'essentiel est de ne pas tomber avec !


Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens