Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 10:11

Cette expression « Les enfants de la veuve », employée par les Francs maçon, m’a plongé dans le monde imaginaire de la fameuse opérette de la veuve joyeuse ou une coquine se défoule après le décès de son richissime époux.

Dans mes rêves cette femme était tantôt la veuve un peu délurée avec une vie de patachon, tantôt sémillante et enivrante veuve Clicquot. Dois-je l’avouer ? Je ne savais plus à quel sein me vouer !

Quand j’ai su que les francs-maçons étaient fils d’une veuve, je me suis tout de suite dit qu’il y avait là quelque chose de louche, que cela cachait une sorte de naissance extraconjugale. Si les maçons sont les fils d’une veuve, quel est le papa ou quels sont les géniteurs ? Mais d’abord, et surtout, cette veuve qui est-elle derrière son voile noir ?

Pour tenter de comprendre je ne me suis pas tourné vers les tests ADN. Je me suis-je tout simplement plongé dans mon antique livre de Jules Boucher (J. B.) ce porte parole des frères en tablier que j’aime taquiner pour le plaisir d’offusquer la galerie. Mon vénérable exemplaire tombe en lambeaux car il a près de quarante années de bons et loyaux services. En effet, il fut réédité en 1948 par le colonel JB, titre bien mérité car il était gardien des colonnes du temple maçonnique Jakin et Booz… Au moment ou il sortait de presse c’était l’année de mes 9 ans, ou j’usais tristement mes fonds de culottes sur les bancs de mon école communale narbonnaise.

À travers ce livre : La symbolique maçonnique, notre auteur essaye de nous faire découvrir qui est cette femme énigmatique, et aussi qui sont ses fils. Ainsi j’ai pu lire à la page 280 :

« L’expression « enfant de la veuve » désigne les francs-maçons et la mystérieuse expression de « Veuve » désignant la Franc-Maçonnerie à fait l’objet de maintes recherches et de maints travaux. »

Donc la Veuve est la Franc maçonnerie et ses enfant sont les franc maçons. Voilà une définition qui me sied car il n’y a pas de confusion entre les francs Maçons et la franc-maçonnerie. Ce sont deux choses totalement distinctes. Dois-je vous glisser à l’oreille, avec un petit sourire égrillard, que j’aime beaucoup la Veuve mais ses enfants me laissent perplexes...

Notre colonel, ne fut pas dans la cavalerie car il ne saisit pas la langue du cheval ou cavale ou encore cabale qui donne une vision non pas binoculaire mais trioculaire des textes les plus banals. De ce fait, notre auteur ne saurait dépasser la référence littéraire, matérialiste, et ouvre un panorama hétéroclite à travers une savante compilation de citations issues d’auteurs les plus réputés de la fin du XIXe siècle et du début du XXe.

Plus je lisais, plus les nuages d’inconnaissances s’amoncelaient au point de faire pleuvoir sur moi de la choucroute (ne riez pas, c’est un réel ressentir !). Comme je suis un cancre, la choucroute c’est mon plat favori car il est plein de nœuds et bien d’autres choses encore. Voyez-vous, cher ami, ma nature de Béotien me ferait-elle passer à côté des subtilités spirituelles de la vie ? C’est à vous de juger!

Voyons un peu cet exposé à la Prévert ou il ne manque que le raton laveur…

Avec un certain PARIGOUT, nous apprenons que les enfants de la veuve sont ceux de la nature toujours vierge et féconde. Reconnaissons qu’il y a de l’idée… pour le versant écolo de la fraternité !

Pour GERALDE nos francs maçons sont les « enfants de la veuve » qui n’est autre que la mère de l’architecte Hiram… C’est un retour à la classique histoire de l’architecte assassiné, un lieu commun donc !

Mais notre auteur érudit va chercher les lettres de noblesse de cette expression dans l’Égypte antique. En ce lieu notre veuve n’est plus la franc-maçonnerie mais Isis la veuve d’Osiris… Ah l’Égypte, elle est dans toutes les sauces !

De son côté RAGON considère qu’en hiver le soleil meurt et ainsi la nature devient veuve. Sur ce point, les Maçons prennent du galon car lorsque le soleil ressuscite au printemps les enfants de la veuve deviennent « enfant de la lumière ». C’est une appellation qui nous pousse sur le sentier des tristement célèbres illuminatis éteignoirs du monde. Ou alors est-ce une interprétation erronée ?

Je vous fais grâce des développements autour de l’histoire de l’architecte Hiram. Je ne puis que croire à l’exagération quand notre auteur affirme que la franc-maçonnerie est veuve depuis que Jacques de Molay, grand maître des Templiers, a été brûlé.

En résumé notre veuve est autant la franc-maçonnerie que la mère d’Hiram ou Isis et même la nature…

Il y a donc, de tout puisé partout y compris dans la mythologie grecque. En réalité notre veuve reste toujours une illustre inconnue ou le papa des enfants, et donc des francs maçons, s’est absenté en rasant les murs.

Retenons que cette manière de procéder de notre colonel permet de saisir cette tendance au syncrétisme qui ne peut que virer, tôt ou tard, au salmigondis ou à la choucroute ! En tout cas ses multiples références, qui tirent à hue et à dia, épaississent ma couche de « cancritude »…

Comprenons pourquoi on demande aux courageux francs-maçons de faire sa propre sauce, et de la servir sur une planche pour inciter les autres à faire de même. N’y aurait-il pas confusion entre initiation et renonciation ? Renonciation, à renouer avec les valeurs essentielles et véritablement ésotériques…

Les francs maçons sont logés à la même enseigne que l’Église. Ils ne sont pas responsable des multiples transgressions de leurs aînés qui on défiguré, au fil du temps, le vrai visage de leur veuve de maman.

Que peut-on ajouter ? Peut-être une petite remarque générale en passant. Nombreuses sont les vies qui ne sont que des fuites hors de soi-même dans cet imaginaire qui fait le bonheur de ceux qui exploitent la misère humaine. Un confort douillet et nombreux sont les individus qui choisissent les vérités de l’écurie. Ils plongent la tête dans le râtelier et ils mâchent tout leur soûl tout ce qu’on leur sert !

Les autres, les « Illuminati », les décideurs et conservateurs qui se disent gardiens du temple, ces faiseurs de « dogmes », les utilisent à leur fin. Jamais, au grand jamais, nos prolétaires de la condition humaine ne quittent l’écurie. jamais ils n’ouvrent leur bouche édentée pour tenter de mordre à la vie et être finalement eux-mêmes.

C’est ainsi que le grégarisme se confond avec l’égrégore, devient l’égrégore !

Tel est le poignant constat du naufrage des religions et de bien des sociétés dites initiatiques qui n’initialisent rien si ce n’est le début de la fin !

Comprenne qui voudra et revenons à notre veuve qui a une ribambelle d’enfants nés de père inconnu.

Voyons notre veuve sous un autre angle. Qu’est-ce qu’une veuve sinon une épouse qui a perdu son conjoint ? En d’autres termes, et d’une manière plus globale, c’est un couple qui a perdu sa partie masculine. En effet, le mot « veuve » vient du latin « vidua » qui signifie vide, privé de… son complément.

Dans le registre alchimique, le couple initial existe. C’est lui qui est le fondateur de la maçonnerie car il taille la pierre philosophale.

La matière première des alchimistes est un corps double fait de l’union du « soufre » mâle et du « mercure » femelle. Ce minerai à double complexion perd donc son « soufre » pour devenir « mercure » (cabalistiquement : mère).

Ce « mercure » qui est « veuf » de son « soufre » quand il parvient à maturité va être multiplié, ce qui augmente sa puissance d’un facteur 10 à chaque réitérations. Les résultats de cette multiplication permettent la transmutation.

Les enfants de la veuve ne sont autres que des êtres transmutés, manifestation directe de la puissance de la veuve. Malheureusement la réalité est autre, car les maçons ignorent (par leur manière d’être uniquement pour le symbole) l’existence de la première matière des mondes qui seule peut délivrer des contingences intellectuelles.

Les francs maçons devraient être la manifestation de la puissance de la Veuve (qui se confond avec la Vierge) et donc de l’essence de la maçonnerie indissociable de l’alchimie… Ils peuvent y parvenir, et je le souhaite de tout cœur, mais pour cela encore leur faut-il acquérir une vision triloculaire et surtout quitter leur râtelier…

Avec toute mon amitié.

La veuve noire !

La veuve noire !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nicole 21/12/2013 17:42

Et pourquoi pas la maïeutique de ce bon vieux Socrate, (très adaptable au XXI° siècle) propre à déclencher une appétence de changement profond?

Hermophyle 21/12/2013 17:56

Chacun choisi la voie qui lui convient le mieux, l’essentiel est d'être convenablement formé. Mon prochain article explique ce qu'est métanoïa...

nicole 20/12/2013 19:27

Rien ne vaut l'humour pour sortir d'une planche/bateau. Mais, en ce qui concerne "ceux qui plongent la tête dans le râtelier et mâchent tout ce qu'on leur sert" je te pose une question: que leur proposes-tu, toi, pour qu'ils désirent une autre nourriture plus satisfaisant pour l'esprit?

Hermophyle 21/12/2013 09:09

Chère Nicole je, leurs propose métanoïa... Si je puis les voir deux fois par trimestre en qualité de non-gourou.

Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens