Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 10:23

 

J’ai lu beaucoup de choses sur le symbolisme du temple, notamment du temple chrétien, toutes sont plus intéressantes les unes que les autres, cependant peu d’auteurs se sont arrêtés sur l’étymologie qui est pourtant profondément significative.

Ce nom dérive du Romains templum qui est un lieu séparé du reste du monde. Il s'agit d'un espace découpé dans le ciel que les prêtres ont retranscrit sur le sol et dans le sous-sol. C’est un terrain sacré, inviolable, qui englobe le bâtiment du culte construit dessus et dessous le sol.

Ce qui est rarement dit, c’est que le temple n’est pas uniquement un édifice, mais une portion importante d’espace dont la dimension réelle était connue des seuls prêtres qui parvenaient à le percevoir. Cet espace, généralement inconnu des fidèles, qui englobait le cimetière et certaines chapelles rurales, pouvait avoir une dimension considérable sur le plan géographique.

Par exemple le temple des Corbeaux, ou premier degré initiatique de la mystique pré Chrétienne englobait toute une région et lui donnait son nom, de la provient l’appellation de la grande région géographique appelée Corbières dont le massif est située entre Narbonne et Perpignan et au cœur duquel se trouve Rennes le Château.

Ainsi, l’église sainte Marie Madeleine de Reine le Château est bâti dans le temple des Corbeaux. Il en est de même pour les églises érigées dans le massif des Corbières. Cependant, toutes n’auront pas la même dimension mystique laquelle est inversement proportionnelle à la distance qui les sépare de l’édifice initiatique des Corbeaux.

C’est ainsi que les temples du Razès tel celui d’Arques, de Rennes le Châteaux et de Rennes les bains sont particulièrement proche du lieu ou se trouve le bâtiment sacré.

 

D’une manière plus globale cette particularité est la raison profonde des processions de l’Église catholique qui sortaient de l’église pour suivre un périple bien déterminé en glorifiant le temple tout entier, car la procession, même si elle se déroulait en plein air ne sortait pas du temple.

La collecte d’aspersion qui fut pratiquée durant des siècles consistait à asperger d’eau bénite les fidèles au début de la messe, mais dans les monastères le prêtre quittait la chapelle et aspergeait toutes les cellules monacales ainsi que les pièces du bâtiment et l’espace dans lequel il était édifié.

Par ailleurs on comprend que dans les forets le croisement des branches sommitales des arbres dans l’espace sacré ait inspiré les voûtes gothiques, car le temple est essentiellement un lieu de nature pour la nature à travers laquelle est glorifiée le créateur.

Ainsi la voûte romane est celle d’une grotte…

 

L'étendue du temple comprend aussi la partie aérienne et souterraine, d’où les cryptes qui parfois ont des dimensions considérables comme à Apt, et elles abritent même un autre lieu de culte sans fenêtres.

Sur le plan spirituel l’obscurité permet de s’isoler des perceptions visuelles. C’est d’ailleurs pour cette raison que les ordres contemplatifs utiliseront une sobriété absolue. Les chapiteaux des colonnes ne comprendront aucun ornement. L’église de l’abbaye de Valmagne (Hérault) en est un exemple.

À l’obscurité correspond le silence qui doit être celui de la pensée afin d’accéder au verbe de la divinité. Ce silence de la pensée se trouve dans toute démarche initiatique, qu’elle soit orientale ou occidentale.

En nos contrées elle prend le nom de métanoia de « méta » changement que l’on trouve dans « métamorphose » et « noia » pensée, que l’on trouve dans « paranoïa ».

L’Église orientale parle d’hésychasme ( du grec hésychazein : se mettre en paix) qui est une union sacrée avec le temple ou con-templation. Je signale au passage que la définition d’hésychasme donnée par l’Église catholique est erronée car tendancieuse dans son désir permanent de ramener les valeurs spirituelles les plus nobles à ses propres concepts.

L’hésychasme n’est pas une conversion.

L'hésychasme n’aspire pas à contempler la gloire de Dieu dans son Fils mais à contempler la gloire du créateur… point final. Le filioque (fils) des catholiques n’a rien de commun avec la contemplation qui est étrangère à tout dogme. Le filioque a été  imposé illégalement par le Vatican dans la récitation du credo et que l’Église orientale n’a pas acceptée à juste titre (voir mon Holoscopie de la spiritualité occidentale). Pourquoi l’imposer ici ?

Croyez-moi cher spiritualistes l’Église catholique est polissonne en voulant toujours tirer la couverture à elle en servant un hésychasme frelaté à ses fidèles. C’est une démarche extrêmement grave dans ses conséquences qu’elle paye par un désert de chaises devant ses autels.

 

Apt cathédrale crypteAutel dans le temple initiatique souterrain d’Apt.

 

Les lieux de culte sans fenêtre sont au cœur du temple. C’est d’ailleurs pour cela que les églises romanes étaient obscures et que les temples romains étaient dépourvus de fenêtres.

Ce que je veux dire, c’est que le temple des corbeaux était souterrain, dépourvu de fenêtres et donc facilement dissimulable et difficile à trouver.

Seul le professeur Courtejere (voir mon livre La carte des trésors à la page 82), parent d’Ernest Cros (palytechnicien), qui connu Béranger Saunière et critiqua ses destructions archéologiques en eut la certitude, ce qui n’est pas étonnant… En effet, Joseph Courtejaire (futur professeur à l’université de Toulouse) connu dans son adolescence le vieil Ernest Cross qui lui fit des confidences. Cela l’amena à étudier le sol où était planté le seul menhir de la région : le menhir de Peyrolles (menhir du chaudron, ce qui n’est pas sans connotation avec le graal). Il découvrit non loin une faille. Nul ne saura ce qu’il a aperçu car il était persuadé (pour l’avoir découvert ? ) qu’existait à cet endroit un temple gaulois des Volques Tectosages dont la structure devait lui poser problème puisqu’il le qualifia d’Ibéro Gaulois. Évidemment il ne pouvait savoir de quoi il s’agissait exactement. Le « hasard » a voulu que sa vie soit écourtée et que tout cela tombe dans l’oublie.

Quoi qu’il en soit il faut retenir que la biologie végétale dont le professeur était expert, fournie souvent beaucoup plus de renseignement qu’une étude géologique. La croissance et la répartition des espèces végétales varient de part et d’autre des « lèvres » d’une faille géologique et l’œil exercé d’un botaniste permet de découvrir avec aisances les replis les plus secrets d’un terrain.

Il est un fait incontestable : les Corbeaux de ce temple qui reste sacré ont pris leur envol pour ne plus revenir. Ils volent vers le soleil christique et sont en train de prendre le nom de Rose+Croix et leur ancien temple doit rester à jamais scellé avec les trésors qui n’appartiennent qu’à ceux qui ont su ouvrir la porte de leur temple intérieur.

 

Nota : Prière de ne pas confondre les Rose+Croix en question ici avec les groupes qui portent ce nom. Rien, absolument rien à voir !

 

Telle est la raison fondamentale du rayonnement mondial de cette histoire de trésor de Rennes le Château: éveiller l’attention, éveiller les passions afin de mettre en marche un moteur mystérieux qui propulsera ceux qui ont le cœur ouvert et n’ont pas perdu leur vérité vers les cimes de leur devenir. Et croyez-moi, cela n’est pas théorique ou une manière de conclure élégamment un article.

 

Que Christian Rose+Croix vous inspire.

 

Amicalement à vous chères lectrices et chers lecteurs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Clovis Simard 06/07/2012 13:05

voir mon blog(fermaton.over-blog.com)No.8 - THÉORÈME ALI

Améthyste 06/03/2011 14:17


Merci infiniment pour vos souhaits, à quelques mots près vos propos me rappellent quelques phrases échangées avec Robert AMBLAIN quelques années avant qu'il ne parte vers l'Orient éternel.


Hermophyle 06/03/2011 18:57



Ce que je vous ai écrit ne fut pas inspirés par Robert AMBELAIN puisque je ne l'ai pas connu.


mais j'ai un filiation apostolique avec lui.


Ce que je vous ai écrit venait du coeur et c'est là qu'est votre ressentir d'une convergeance de nos propos.


 


 


 


 


 


 



Améthyste 06/03/2011 13:16


Bonjour,
ai lu avec grand plaisir votre sujet, après avoir visité quelques "ouvrages sur la symbolique du temple en général, je dois avouer que votre "plume" véhicule jusqu'à nous une belle tranche
d'histoire surtout pour ceux à la recherche de cette petite lueur à l'origine de leur quête.
Merci pour le grand bonheur que vous donnez.
Améthyste


Hermophyle 06/03/2011 14:02



Sans vouloir jouer naïvement sur les mots, l’améthyste que vous êtes, d’après votre signature, est une pierre précieuse et je suis profondément heureux d’en
découvrir une !


Merci, merci de me montrer que mes articles ne sont pas inutiles.


Je vous souhaite de progresser sur votre sentier vers cette lumière inextinguible qui brille depuis toujours dans l’antre sacré des Corbeaux qui volent vers le
soleil christique.



Présentation

  • : Alchimie, cabale
  • : Il s'agit ici d'Initiation christique, de lien entre le christianisme initiatique ancien et les différents courants de la mystique permettant une fructueuse transformation de la pensée(métanoïa) pratiquée par les alchimistes. Des sujets divers sont abordés : Spiritualité, initiation, alchimie, cabale, mythologie, symbolisme...
  • Contact

Recherche

Liens